Vaccin / Covid-19 : des députés critiquent la stratégie de communication

Vaccination

Des députés à l’Assemblée des représentants du Peuple (ARP) ont critiqué, mardi, la « faiblesse de la stratégie de communication ». Il s’agit de la stratégie du ministère de la Santé pour persuader les Tunisiens de s’inscrire à la campagne de vaccination contre la Covid-19 « par peur des effets secondaires des vaccins ». Ils se sont interrogés sur la disposition de l’Etat à dédommager les personnes qui réagissent mal au vaccin.

En effet, les députés s’exprimaient lors d’une séance plénière tenue par l’ARP. Cette séance a eu lieu aujourd’hui, mardi. L’objectif étant d’examiner le projet de loi relatif à l’autorisation de l’État à rejoindre l’initiative mondiale de vaccination contre la Covid-19 « Covax ». Le projet de loi est composé de deux articles. Il  comprend l’autorisation de l’État à se conformer aux conditions générales de l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination « Gavi ».

Les conditions générales fixées par l’Alliance prévoient que l’Etat tunisien fournira les garanties nécessaires aux fabricants de vaccins contre la Covid-19 à travers son engagement à compenser les dommages pouvant résulter des effets secondaires de la vaccination. Cette démarche a été imposée par les fabricants de vaccins face au refus des compagnies d’assurance de couvrir ces risques sous prétexte de leur incapacité à les évaluer, selon le document expliquant les motifs du projet.

Des députés ont estimé que les Tunisiens sont confus. Et ce, en raison de la faiblesse de la politique de communication. L’objectif étant de convaincre les Tunisiens de la sécurité de la vaccination contre la Covid-19 et de l’absence d’effets négatifs. Ce qui explique le nombre limité de personnes qui se sont inscrites à la plateforme en ligne « Evax »; soit 3%.

Des députés ont appelé le ministère de la Santé à lancer des campagnes de sensibilisation sur les sources de vaccination. Ces campagnes doivent, également, porter sur l’étendue de leur efficacité. Et ce, à l’instar des campagnes précédentes menées par l’État dans les années 80 pour vacciner contre de nombreuses maladies. L’objectif étant de convaincre les citoyens de la faisabilité et de la sécurité de la vaccination.

Avec TAP

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here