OMM : 2020 une année très chaude

OMM

Dans le cadre de ses activités, l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) a publié, le mercredi 2 Décembre 2020, son rapport provisoire sur l’état du climat mondial en 2020.

Le rapport de l’OMM a apporté des données assez inquiétantes ce qui a poussé António Guterres a tiré la sonnette d’alarme.

La couche d’ozone Principale victime

L’OMM a repris les études menées par la NASA. Elle a confirmé que la superficie de la couche d’ozone détruite, en dessus de l’antarctique, a atteint 24,8 millions de Km² en septembre 2020. Elle se situait à 16,4 millions de km2 en 2019.

Chaleur incontournable

Le rapport provisoire indique que 82% des océans ont vécu au moins une vague de chaleur durant la période allant de septembre 2019 jusqu’à Août 2020. De ces 82% de vagues de chaleur, l’OMM a considéré que 43% étaient d’intensité forte et 28% étaient d’intensité moyenne.

Les vagues de chaleur ont aussi touché les sols. On observe à travers le rapport que 2020 est l’une des 3 années les plus chaudes jamais enregistrées. L’augmentation de la température a été estimée entre 1,11 et 1,23°C. Au nord de l’Eurasie, par exemple,  on a remarqué une augmentation de 5°C en 2020 par rapport à la période 1981-2010.

Autre exemple, les vagues de chaleur qui ont fait grimper la chaleur jusqu’à 44,6°C en Amérique du Sud. Cette altération de la température a provoqué des catastrophes économiques pour un ensemble de pays. Tel est le cas de l’Argentine ou du Brésil. Ce dernier a subi une perte de 3 billions de dollars pour le secteur agricole.

La Russie quant à elle a vécu, entre Janvier et Août 2020, une augmentation de 3.7 °C par rapport à la normale. Ainsi elle a dépassé de loin le record de 1,5°C de 2007.

La Terre perd du poids

Continuant de faire des ravages, Le réchauffement climatique a causé une grande perte de masse au glacier de Groenland. Approximativement 152 gigatonnes de glace ont été perdues entre septembre 2019 et Août 2020.

Acidification des Océans

Le rapport de l’OMM a estimé que le pH des océans continue à baisser pour atteindre les alentour de 7,9. Le Copernicus-Monitoring Environment Service a déduit par la collecte d’échantillons que le pH des océans se situe en dessous de 8,06 en 2020.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here