Sahbi Ben Fraj analyse les décisions prises par le chef du gouvernement

Sahbi Ben Fraj

L’annonce du chef du gouvernement Hichem Mechichi concerne des mesures sanitaires. Et ce, pour juguler l’escalade de la propagation de la Covid-19. Mais elle faisait réagir plus d’un, notamment sur la Toile. D’ailleurs, tout le monde se pose la question de savoir si ces mesures n’ont pas deux poids deux mesures.

Ainsi, Sahbi Ben Fraj, analyste politique, revient sur les mesures prises par le chef du gouvernement Hichem Mechichi. Et ce, dans une déclaration à leconomistemaghrebin.com.

Déjà, sur le plan de la forme, il estime que le timing n’est pas approprié. Puisque choisir une heure après les infos de 20 heures, en plus en week-end, n’est pas judicieux.

Ensuite, sur le plan du contenu, Sahbi Ben Fraj considère que le chef du gouvernement n’a pas cédé aux pressions. Et ce, dans le but  d’instaurer le confinement. Avant d’ajouter:  « Or si le chef du gouvernement avait opté pour le confinement, cela aurait été catastrophique. De plus, cela est corroboré par les chiffres clés que l’INS a publiés démontrant que la croissance est de -21% en glissement annuel. Ce qui prouve une fois de plus que le confinement n’est pas une solution, loin de là. »

Et de poursuivre: « Le pic de la courbe de contamination en est la preuve. D’ailleurs, on a anticipé de manière erronée la carte de confinement au mois de mars. Aujourd’hui, il est inutile de le faire, d’autant plus qu’il est hors de question de revenir au confinement généralisé.  »

En outre, il ajoute: « De ce fait , Hichem Mechichi a bel et bien réagi en ce sens. Mais il a raté plusieurs décisions qui auraient dû en effet être prises. Car il faut dire que l’Etat tunisien a des moyens colossaux qui sont à ce jour inexploités. »

Selon lui, le constat est clair: il faut appliquer la loi et être plus ferme. Interdire toutes sortes de rassemblement non essentiels. Mais le plus important, renforcer le redéploiement sanitaire. Et ce, aussi bien dans le secteur public que dans le secteur privé. Pour faire face aux flux des malades de la Covid-19. 

Enfin, il conclut en demandant « plus d’équipement médical, plus de moyens de protection pour le corps médical. Et ce, dans le but de garantir leur protection face à la Covid-19 ». 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here