Inclusion sociale: les politiques publiques précédentes ont échoué

Inclusion sociale Rapport

Les membres de la commission chargée du rapport sur les problèmes d’inclusion sociale ont convenu que les politiques précédentes ont échoué. Et ce, dans le traitement de la question de l’inclusion sociale, particulièrement après 2011.

Lors d’une conférence de presse tenue aujourd’hui, la commission a annoncé que ce rapport sur l’inclusion sociale, établira une nouvelle méthodologie de travail. Et ce, en rupture avec les politiques publiques précédentes « qui ont prouvé leur inefficacité ».

Maher Hanin, membre de la commission, a indiqué que les travaux seront menés du point de vue des sciences sociales et humaines. Dans l’objectif d’un meilleur suivi et une meilleure analyse des divers phénomènes sociaux. Notamment ceux en relation avec le problème de l’inclusion sociale de nombreuses catégories et groupes de la population.

Il a expliqué que le rapport est réalisé sur une base scientifique. Il intègre également le contexte politique national qui fait de l’élaboration des politiques publiques un processus « qui ne se met pas en œuvre à travers des résolutions verticales. Mais plutôt par l’intermédiaire d’un contact réel avec la société et les divers acteurs ».

L’absence d’interaction avec les catégories marginalisées peut bloquer la transition démocratique

A cet effet, M. Hanin a noté que « l’absence d’interaction avec les catégories marginalisées, est susceptible de bloquer la transition démocratique en Tunisie. D’autant plus, en cas de poursuite de la promulgation de politiques socio-économiques « aveugles, dénuées de sens et ne prenant pas en compte les groupes marginalisés », a-t-il estimé.

Il a affirmé, à cet égard, que la méthodologie des travaux de la commission « sera participative. Elle se déroulera dans le cadre d’une interaction avec la totalité des acteurs politiques et les forces vives du pays ».

En outre, le responsable a souligné que le rapport se penchera sur « la contestation en tant qu’expression sociale ». Et ce, dans la mesure où la revendication en tant que concept, est devenue un outil de négociation, de conclusion d’accords. Ainsi qu’une force de proposition, a-t-il expliqué. Il s’est référé au dossier de Jemna qui a conduit à l’approbation du premier noyau de l’économie solidaire et sociale.

Des politiques publiques alternatives

De son côté, la professeure de psychologie sociale Dorra Ben Alaya, a indiqué que le rapport élaborera des suggestions de politiques publiques alternatives. Afin de lutter contre la marginalisation dans le sens d’une véritable égalité entre toutes les catégories sociales.

Elle a souligné que les recommandations qui y seront issues, permettront aux décideurs de concevoir des politiques publiques. Ces dernières qui rompent fondamentalement avec les politiques précédentes, « n’ayant pas donné les résultats escomptés », ajoute-elle.

Pour sa part, le professeur d’enseignement supérieur en anthropologie, Imed Meliti, a indiqué que la plupart des politiques publiques précédentes ont échoué. Car elles étaient de caractère « technique », ne se souciaient pas des jeunes marginalisés. Des jeunes qui sont demeurées otages d’approches archaïques. Et ils n’étaient pas au diapason de l’évolution de la société tunisienne, notamment après 2011.

A noter que l’idée d’élaborer le rapport en question, a été lancée le 12 avril 2020, au plus fort de la Covid-19. Elle émane d’une équipe gouvernementale et 11 chercheurs et universitaires spécialistes en psychologie sociale, sociologie et anthropologie.

Le Chef du gouvernement de gestion des affaires courantes avait le 17 août dernier rencontré l’équipe chargée de l’élaboration du rapport. La publication des résultats de ce  dernier est prévue pour les trois prochains mois,

(Avec TAP)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here