Après l’UGTT, la CGTT met en garde Fakhfakh contre la baisse des salaires

cgtt - l'économiste maghrebin

La Confédération générale des travailleurs tunisiens (CGTT) affirme son refus catégorique de la révision à la baisse des pensions de retraite.

Dans un communiqué rendu public, aujourd’hui 19 juin, la CGTT interpelle le Chef du gouvernement. Elle lui demande de « ne plus provoquer les salariés et les retraités ». Ainsi, la syndicale souligne la nécessité de la mise en place d’une solution réalisable et juste pour « une situation économique compliquée ». Et d’affirmer que cette solution ne doit pas se faire au détriment des salariés.

D’ailleurs, il s’agit du deuxième syndicat qui réagit à la dernière interview du chef du gouvernement Elyes Fakhfakh. En effet, lors de cette interview, le chef du gouvernement n’excluait pas la possibilité de la révision à la baisse des pensions de retraite et le gel des augmentations salariales. Pour argumenter ses propos, il affirme que la situation des finances publiques est bel et bien critique.

En outre, l’UGTT avait exprimé son « étonnement » suite aux déclarations du chef du gouvernement. Et ce, dans un communiqué rendu public, le 17 juin. L’UGTT dénonçait le fait de faire porter aux salariés les retombées de cette crise et des déséquilibres financiers majeurs. En estimant que le chef du gouvernement a n’a pas évoqué la question de l’évasion fiscale qui pèse lourd sur l’économie du pays. Et critiquant « les acteurs financiers influents qui ont, failli à leur responsabilité nationale; en tournant le dos aux problèmes que connaît le pays en raison de l’échec des choix politiques et économiques des gouvernements successifs ». C’est ce précise le communiqué. Ainsi, les deux organisations, malgré leurs différences idéologiques, pointent du doigt, les intentions du chef du gouvernement.

Pour rappel, le pouvoir d’achat des salariés est en berne depuis 2011. Certains experts estiment que cette baisse a atteint 40%. Il est à noter que la baisse des salaires pourrait alimenter un malaise social.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here