Energies renouvelables : les entreprises fortement impactées par le confinement

énergies renouvelables
Parc d'éoliennes du Governerat de Bizerte

La Chambre tuniso-allemande de l’industrie et du commerce a organisé jeudi un webinaire sur « Les répercussions du Covid-19 sur l’avancement de la stratégie de développement des énergies renouvelables en Tunisie ».

Selon Ali Kanzari, président de la Chambre syndicale du Photovoltaïque (CSPV), les entreprises opérant dans le domaine des énergies renouvelables ont été fortement impactées par le confinement sanitaire.

A l’échelle internationale, « le confinement suite au Covid-19 a fortement perturbé le développement des énergies renouvelables. Toute l’industrie photovoltaïque et éolienne dans le monde a été mise à l’arrêt. Les transports maritimes, aériens et terrestres sont ralentis. Ce qui a eu pour conséquence la suspension de la chaîne d’approvisionnement. Et l’arrêt des projets « EnR ». Les projets en service ne nécessitant pas une présence humaine (parcs éoliens et photovoltaïques) ont continué à produire. L’impact économique et social sur les entreprises et l’emploi est énorme », a-t-il précisé.

Le confinement a perturbé les autorisations administratives

Au plan national, « les projets déjà en service, notamment ceux de la STEG (les parcs éoliens, PV Tozeur, les centrales hydroélectriques…) ont continué à produire ». Toutefois, « pour les grands projets IPP (projets de production d’énergie indépendante), les mesures de confinement ont perturbé les autorisations administratives. Elles ont retardé l’étude d’impact environnemental de la saison du printemps. Ce qui engendrera un retard d’une année pour les projets en question ».

Par ailleurs, « les autorisations du ministère de la Défense nationale pour l’éolien ont été bloquées. Il n’y a pas donc de projet éolien en construction. Les chantiers en construction sont pour la plupart à l’arrêt. Les raccordements au réseau repoussés et les activités des fabricants, fournisseurs et sous-traitants suspendues ou réduites ».

S’agissant des PME et des installateurs PV et solaire thermique, Kanzari a souligné que le confinement a fortement impacté « les opérateurs intervenant dans le cadre des programmes PROSOL-ELEC et bâtiments solaires.

Ces opérateurs font face à des problèmes au niveau de la prospection commerciale et de l’approvisionnement. Les chantiers de construction sont pour la plupart à l’arrêt ».

Et d’ajouter : « Ces opérateurs ont aussi été confrontés à des retards au niveau du traitement des dossiers d’installations photovoltaïques pour les clients résidentiels et le secteur commercial. Ils subissent également des retards au niveau des délais de paiement des subventions allouées pour les installations photovoltaïques en raison,  principalement, de la non disponibilité des moyens humains de l’administration et des fonds autorisés au niveau de l’ANME. Ce qui a affecté considérablement la trésorerie des entreprises, les mettant, pour la majorité, dans l’impossibilité de respecter leurs engagements envers leurs employés, banques, fournisseurs, administration fiscale et CNSS« .

Déblocage partiel des subventions ANME et des crédits STEG

Face à cette situation, Kanzari a fait savoir que la Chambre a mené des contacts avec le ministère de l’Energie, le PDG de la STEG et le DG de l’ANME. Ces contacts ont abouti au déblocage partiel des subventions ANME et des crédits STEG.

La CSPV a, par ailleurs, alerté l’UTICA et les ministères de l’Energie et des Finances. Et ce, quant à  la lenteur des procédures et la complexité des conditions d’octroi des crédits, dans le cadre des lignes de crédits allouées à ce secteur.

Kanzari a ainsi appelé les autorités à soutenir ce secteur. Et à prévoir les mesures à même d’assurer sa résilience et sa relance.

Moins pessimiste, le DG de l’électricité et des énergies renouvelables au ministère de l’Energie, Belhassen Chiboub.  Il a affirmé que la crise liée au Covid-19 a légèrement freiné les projets des énergies renouvelables en construction. Mais elle n’a pas engendré des annulations de projets ni un arrêt de la stratégie nationale. L’objectif étant d’intégrer les énergies renouvelables dans la production d’électricité à hauteur de 30%, voire plus, à l’horizon 2030.

Avec TAP

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here