Pétrole : comment l’Etat contrôle-t-il sa production ?

pétrole - L'Economiste Maghrébin
photo crédits : fb أخبار دوز 24/24

Le ministère de l’Energie, des Mines et de la Transition énergétique vient d’apporter des éclaircissements. Et ce, quant à l’utilisation des fameux compteurs du pétrole, à différentes étapes de la chaîne de la production pétrolière et gazière.

Le ministère a tenu à préciser que les sociétés pétrolières n’ont pas de liens directs avec les acheteurs, les points de vente et d’approvisionnement. Ces sociétés livrent leur production en pétrole et gaz aux centres de stockage de l’Etat, sis à Skhira (Sfax). Il s’agit d’une sorte de banque de collecte de la production nationale. Notons que ces sociétés disposent de leurs propres compteurs. Ils donnent une valeur estimative de ce qu’elles produisent.

C’est à partir des centres de stockage que le pétrole brut et le gaz provenant des champs pétroliers sont orientés vers la consommation locale et à l’exportation. Le ministre a nié catégoriquement toute possibilité de tricherie.

Le transport et stockage du pétrole sont aussi assurés par les pipelines de l’entreprise publique TRAPSA où l’Etat est doté de ses propres compteurs. Et ce, pour compter les quantités du pétrole brut. Ces compteurs sont contrôlés périodiquement par les experts de l’Institut national de métrologie.

Selon le ministère de l’Energie, aucune société de pétrole ne peut tricher sur ses chiffres de production. L’exportation du pétrole est aussi contrôlée par les unités de la Garde côtière tunisienne et la Douane tunisienne. Ils auditent les quantités exportées.

S’agissant des sociétés offshore, elles exportent aussi du pétrole et du gaz. Elles sont également contrôlées. Aucun navire-citerne ne peut s’approvisionner en pétrole à partir des sociétés offshore qu’après un contrôle douanier pour vérifier les quantités.

Au niveau de la consommation locale, la STEG, la STIR et la SOTRAPIL disposent aussi de leurs propres compteurs. Ils sont aussi contrôlés au niveau de la production et de la livraison.

Le ministère a, en outre, souligné qu’il est prêt à collaborer avec la société civile, en vue de lui permettre d’observer les détails relatifs à la production des hydrocarbures en Tunisie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here