Kaïs Saied à Kairouan : une visite « inopinée » très controversée

Kaïs Saied

Le Président de la République, Kaïs Saied, vient d’effectuer une visite nocturne à Kairouan où il était en promiscuité avec la foule. Et ce, sans prendre les mesures nécessaires de protection et en plein couvre- feu. Retour sur une visite inopinée. Qui a suscité beaucoup de remous.

On se frotte les yeux. Sur les réseaux sociaux, les noctambules partageaient en boucle, jeudi dernier à une heure tardive de la nuit, une vidéo surréaliste où on voit le Président de la République Kaïs Saied partager des cartons contenant des vivres. Sans masque sur le visage, entouré par une foule surexcitée, sans aucun respect de la distanciation, en plein couvre-feu de rigueur de 18h à 6h du matin. Une mesure qu’il a décrétée lui-même pour endiguer la propagation du Covid-19.

Absence de gestes barrières

En effet, le chef de l’Etat avait rendu d’abord une visite « inopinée » à une usine spécialisée dans la fabrication de masques de protection située au centre-ville.

Dans cette usine placée sous très haute surveillance à cause de la pandémie du coronavirus, les 150 employés dont 110 ouvrières se sont volontairement placés en quarantaine d’autant plus qu’ils fabriquent des masques destinés aux hôpitaux et aux forces sécuritaires et militaires.

Quoi de plus normal que le Président de la République veuille remercier ces employés admirables pour leur patriotisme et leur sacrifice ? Sauf que, M. Kaïs Saied semblait oublier qu’en arrivant en usine avec ses collaborateurs, il risquait de contaminer les employés. D’ailleurs, on le voyait faire son discours, le masque tombé à moitié en flagrant mépris de toute règle de sécurité.

Une histoire d’œuf

Et ce n’est pas fini. Car sur le chemin du retour, à une heure tardive de la nuit, le cortège présidentiel passait par un village perdu dans une zone rurale du gouvernorat de Kairouan.

Le chef de l’Etat avait quelques cartons contenant des vivres qu’il voulait offrir aux villageois. C’est là qu’un père de famille insista pour présenter au président un œuf, son unique dîner…Un geste émouvant. Et qui en dit long sur la misère de ces paysans.

Encore une fois, le président portait un carton peut-être infecté par le virus, en face de la foule, sans masque ni protection aucune.

Sur les pas du calife Omar

Revenant sur cette visite qui a fait couler beaucoup d’encre, le chef de l’Etat a indiqué- à l’issue du Conseil de sécurité qui a eu lieu hier vendredi au palais de Carthage– que, prenant l’exemple du calife Omar Ibn Elkhattab, il avait choisi de sortir la nuit, afin que personne ne puisse le voir.

En effet, le président faisait allusion au deuxième calife de l’Islam. Lequel, selon la tradition, avait l’habitude de porter lui-même des sacs de farine (da9i9). Et ce, pour venir en aide aux pauvres quand, il y a 15 siècles,  Médine fut infectée par la peste.

Populisme

Alors que retenir de cette scène rocambolesque ?

Que la Tunisie est en confinement total depuis le 22 mars et que tout attroupement est interdit à cause du couvre-feu. Or, c’est le chef de l’Etat lui-même qui a décrété cette mesure sur la base de l’article 80 de la Constitution. Par conséquent, il était de son devoir de la respecter pour donner l’exemple.

Qu’ensuite, il n’est pas permis au Président de la République de s’approcher en pleine nuit de la foule. Au risque d’être contaminé ou de contaminer les autres, sans parler de possible attentat terroriste.

Qu’enfin, n’est pas Omar Ibn Elkhattab qui veut. Car, il pouvait aider ces personnes discrètement et loin de toute publicité.

Pour rappel, Kais saied aurait interdit aux journalistes de couvrir cette visite nocturne. Mais il a oublié que nous sommes à l’ère des smartphones et des téléphones portables.

Cela s’appelle du populisme tout court !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here