Abdessalem Loued : « le discours du président de la République est rassurant »

Abdessalem Loued

Membre du Bureau exécutif de l’Union Tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA)
Abdessalem Loued  considère, dans une déclaration à leconomistemaghrebin.com, que le discours du président de la République Kaïs Saïed est rassurant pour les  acteurs économiques et les hommes d’affaires.

M.  Abdessalem Loued a rappelé que le Président de la République a reçu une délégation de l’UTICA. En effet, pour le membre du Bureau exécutif, le président tenait à démentir toute éventualité de confisquer les avoirs de plusieurs hommes d’affaires. « D’emblée le président  a catégoriquement démenti cette information ». Et M. Loued d’ajouter que le président de la République a révélé que certains ont intérêt à semer le trouble entre la Présidence de la République et l’UTICA.

Ainsi, le président de la République a tenu à rassurer les membres du Bureau exécutif quant au sujet de la confiscation. Pour autant le président de la République n’a pas manqué de rappeler son initiative qui date de 2012.

Cette initiative vise à réaliser une réconciliation entre des hommes d’affaires impliqués dans des affaires de corruption financière. Et ce, selon le rapport de la Commission nationale d’investigation sur la corruption et la malversation réalisé par une équipe présidée par feu Abdelfattah Amor. Cette initiative a pour but de disculper les hommes d’affaires. En contrepartie, ces derniers se chargent de lancer des projets de développement dans les zones les plus défavorisées.

Pour Abdessalem Loued, le Président de la République a insisté sur le fait qu’il n’a jamais envisagé de recourir à la confiscation. Et que tout le monde a le droit à un procès équitable.   « C’est un discours d’une grande valeur », lance-t-il.  Le Président a réaffirmé son soutien aux hommes d’affaires. Ils font de leur mieux pour préserver les emplois dans cette période critique.

L’impact de la pandémie vu par Abdessalem Loued

Dans le même contexte,  Samir Majoul a affirmé que le seul souci des chefs d’entreprise actuellement est de préserver les poste d’emploi. Et M. Loued d’évoquer le cas de plusieurs secteurs professionnels qui subissent la crise. Et ce, à l’instar du secteur du transport et celui du bâtiment. Les artisans et les petits commerçants sont lourdement impactés ; continue-t-il. De ce fait, « Ils connaîtront de grandes difficultés durant le mois d’avril ».

Interpellé au sujet de l’impact de la propagation de la pandémie Covid-19 sur le secteur de l’huile d’olive, Abdessalem Loued affirme que la propagation de la pandémie a impacté tous les secteurs.  « Cette crise s’est déroulée à la fin de la saison de l’huile d’olive » ; se console-t-il. Il considère que quand le covid-19 a débarqué en Tunisie, les agriculteurs ont déjà achevé  95% de la cueillette d’olive. Cela a pu épargner la récolte et la santé des travailleurs concernés.

La crise a impacté négativement le transport maritime.  Notamment au niveau du Port de Radès « qui ne fonctionne pas comme il se doit ». Ainsi, cette situation affecte négativement le transport des exportations et les délais convenus avec les clients. Dans le même sillage, il affirme que la baisse des exportations est un signal alarmant. Et de rappeler que la baisse des exportations est un manque à gagner pour les entreprises qui ont des engagements à honorer notamment avec les banques.

Il appelle la Banque centrale à réviser à la baisse de nouveau le taux directeur. Et ce, pour alléger les charges des exportateurs dans cette période critique. Voilà qu’il est dit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here