Un déficit budgétaire à 3,9% et un taux d’endettement à 75%

déficit budgétaire -min

« Au cours des huit premiers mois de 2019, les ressources propres de l’Etat augmentaient de 17%. Ceci permettait de maîtriser les équilibres des finances publiques ». C’est ce qu’indiquait, jeudi, le ministre des Finances, Ridha Chalghoum. Et ce, à l’issue d’une rencontre avec le président de la République Mohamed Ennaceur. Avec en toile de fond le déficit budgétaire.

Puisque, « cela a contribué à réduire d’un point le déficit budgétaire pour atteindre 3,9%; et le taux d’endettement de deux points (75% contre 77% en 2018) », ajoute-t-il.

En effet, le ministre souligne les efforts déployés par son département en matière de recouvrement. Ils sont à l’origine de cette progression, outre les recettes fiscales.

Par ailleurs, le ministre revenait sur le projet du budget de 2020. Ridha Chalghoum fait savoir que son département est résolu à: réduire le déficit budgétaire; à accroître le taux d’investissement, notamment en matière d’infrastructure et de développement; ainsi qu’à améliorer le taux du financement budgétaire par les ressources propres de l’Etat.

Ridha Chalghoum-

Selon le ministre, le président de la République a mis l’accent sur la nécessité d’accélérer le parachèvement des réformes visant la restructuration de l’économie nationale. Et ce, en consolidant les secteurs à haute valeur ajoutée et au contenu technologique de pointe.

De même, il précise l’importance de conjuguer les efforts en vue de créer davantage de richesses et d’emplois, de consacrer la couverture sociale globale et de parachever les réformes relatives à l’éducation, à l’enseignement supérieur et à la formation professionnelle.

Enfin, notons que l’Etat des finances publiques et les indicateurs économiques étaient au centre de l’entretien qui s’est déroulé le 24 septembre entre le président de la République, Mohamed Ennaceur, et le gouverneur de la BCT, Marouane El Abassi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here