Lutte contre la corruption : le secteur privé s’implique

Lutte contre corruption - l'économiste maghrébin

Malgré les avancées importantes en matière de lutte contre la corruption, la loi tunisienne ne réprime pas les pots-de-vin dans le secteur privé, affirme le président de l’Instance Nationale de Lutte Contre la Corruption (INLUCC), Chawki Tabib.

 

Chawki Tabib  a fait savoir qu’aucune loi en Tunisie ne sanctionne les pots-de-vin en Tunisie dans le secteur privé. Ainsi ce vide juridique incite à la corruption. Par ailleurs, l’intervenant a  souligné l’importance de l’implication du secteur privé dans la lutte contre la corruption.

D’ailleurs, l’INLCC et l’Ordre des Experts-Comptables de Tunisie (OECT) ont signé une convention dans cette perspective. Les deux partenaires vont conjuguer leurs efforts pour la lutte contre le corruption.  Ainsi le secteur privé sera encore plus impliqué dans cette démarche.

Il est à rappeler que l’INLCC a signé plusieurs conventions avec plusieurs structures du secteur privé. En effet, l’INLUCC a signé, récemment, des accords-cadres avec le Comité général des assurances (CGA), la Fédération tunisienne des sociétés d’assurances (FTUSA), l’Office national des Postes (ONP), la Bourse des valeurs mobilières de Tunis (BVMT), l’Association des intermédiaires en Bourse (AIB), Tunisie Clearing et l’Association tunisienne des investisseurs en capital (ATIC).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here