La montée des idées « hors système » : comment est-elle perçue?

hors système L'Economiste Maghrébin

Comment expliquer la montée des idées “hors système”, du populisme et des droites extrêmes, que nous pensions à jamais révolues? 

Aziz Majoul, entrepreneur, dans une tribune intitulée “L’ère des surprises électorales, conséquence des idées conventionnelles du système ?”, explique les tenants et aboutissants des votes antisystème de par le monde, en citant  des exemples concrets.

Peut-on dire du Président Trump qu’il est hors système ? Qu’en est-il du Président Emmanuel Macron, énarque de formation, est-il hors système ?

A cette question M. Majoul indique : « Peu importe la réponse. Ce qui importe dans une campagne c’est ce qui est perçu, et non ce qui est. » 

Il ajoute : « Macron a gagné sa notoriété grâce à la loi qui a permis aux boutiques d’ouvrir le dimanche malgré l’opposition des syndicats. Quant au président Trump, son personnage est devenu populaire depuis sa participation à une émission TV The Apprentice. » L’humoriste ukrainien élu récemment président en dit long sur cette nouvelle vague qui a déferlé sur le monde prônant l’antisystème. Comment en faire une opportunité ? »

Et de poursuivre : « Si même le système est convaincu qu’il faut transformer le système, alors il est peut-être temps de booster et mettre au premier plan médiatique les idées “out of the box” qui auraient paru insensées il y a 10 ou 20 ans. »

Selon M. Majoul, si le terreau social est favorable à des candidats antisystèmes, c’est qu’il est favorable à des idées nouvelles et audacieuses, en tout cas non conventionnelles. De ce fait, dans la même démarche, M. Majoul relève : « Je pense que les observateurs sont tous d’accord, et à raison : c’est le désert au niveau des propositions ambitieuses et radicales dans notre pays. »

Et d’ajouter : « C’est peut-être le bon moment pour transformer ce qui n’est qu’un changement des codes et pourrait être le boulevard du renouvellement d’un modèle à bout de souffle. Si notre opinion publique souhaite des candidats  sans concessions, différents, c’est peut-être qu’elle est à la recherche d’un débat entre idées nouvelles, claires, ambitieuses, clivantes, sans concessions, non conventionnelles. »

Il conclut : « Si le temps de la pensée unique est révolu, alors que ceux qui ont l’aptitude pour rendre mainstream des idées et solutions ambitieuses, le fassent. Car la fenêtre n’a probablement jamais été aussi grand ouverte ». 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here