Ouvrières agricoles : quand le transport non adapté fait des ravages

ouvrières agricoles - l'économiste maghrebin

Le nombre des ouvrières agricoles victimes des accidents de la route est sur une courbe croissante au cours des quatre dernières années.

Le Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES) présente ses chiffres, pour la période allant de 2015 à 2018. Le phénomène s’aggrave d’une année à l’autre.

  • 2015 : 85 blessées et 8 décès;
  • 2016 : 151 blessées et 6 décès
  • 2017 :  85 blessées et 2 décès;
  • 2018 : 119 blessées et 4 décès.

Notons qu’une étude réalisée en mars 2016 confirme la gravité de ce phénomène en Tunisie. Travaillant sur le cas de Sidi Bouzid, l’étude démontre que le transport vers le lieu de travail ne se passe pas sans souci. Ainsi, 58,6% des ouvrières utilisent un moyen de transport pour rejoindre leur lieu du travail et 68% se déplacent par leurs propres moyens, sans aucune prime de transport. L’origine du mal n’est autre que le recours à des véhicules non adaptés au transport rural.

A cause de cette forme de transport, la précarité du travail agricole s’accentue en Tunisie.  Et malheureusement 2019 ne dément pas les chiffres. Puisque encore deux ouvrières agricoles sont mortes, aujourd’hui 11 avril, alors qu’elles étaient sur le chemin du travail.  Le pick-up transportait 17 personnes, dont deux hommes. L’accident a eu lieu sur une piste rurale, dans le gouvernorat de Zaghouan.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here