L’économie tunisienne peut mieux faire d’après Zied Ladhari

zied ladhari - l'économiste maghrebin

L’association AlumnIHEC Carthage a organisé, aujourd’hui 28 mars, un déjeuner-débat sur le thème « Les impératif de la relance économique ». Et ce, en présence de Zied LADHARI, Ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale.

Wissem Triki, cadre au ministère, a pris soin d’en présenter le bilan, en matière de promotion des investissements. A cet égard, il rappelle que le ministère est responsable de diverses publications. D’abord, d’un Livre blanc sur le développement régional en 2011. Puis, d’une Note d’orientation pour le modèle économique 2016-2020 et un Plan de développement 2016-2020. Sans oublier la Conférence internationale sur l’investissement de novembre 2016, dont les promesses s’élèvent à 15 milliards de dollars. Et enfin, le Forum international sur les PPP qui s’est tenu au mois de septembre 2018.

Ainsi, l’intervenant évoque la possibilité d’améliorer de nouveau le classement Doing Business de la Tunisie. En effet, Wissem Triki rappelle le ministère a mis plusieurs réformes juridiques en place pour faciliter l’investissement comme : le Code des collectives locales, la loi sur la concurrence, le PPP, la loi sur les marchés publics, la loi bancaire, le Startup Act. Par ailleurs, il indique que l’économie tunisienne peut s’en sortir.

Prenant la parole, Zied Ladhari considère que malgré une conjoncture économique difficile, la Tunisie a pu accomplir quelques bons résultats. Grâce notamment à la récolte exceptionnelle d’olives de 2017 et la consolidation de la dynamique du secteur touristique en 2018. En revanche, la crise du secteur minier persiste encore. Cette crise a contribué à la baisse de la production du phosphate et des hydrocarbures. Le ministre a également rappelé la hausse de la croissance de 2,5% en 2018, contre 1,9% en 2017. Il estime que le secteur des exportations se porte bien.

Afin d’argumenter son propos, il a cité la forte hausse des ventes du secteur de l’agriculture : l’huile d’olive (2125 MD en 2018 contre 1009 en 2017) et dattes (744 MD en 2018 contre 557,6 MD en 2017). Les exportations du ciment ont évolué de 72%. Le ministre a fait savoir que les exportations vers l’Union européenne ont évolué 17,6%. Les investissements directs étrangers dans l’industrie ont enregistré une hausse de 15,9%(1129,4 MD contre 974,6 MD).

Revenant sur les intentions d’investissement, le ministre a précisé qu’elles sont passées de 3488 en 2017 à 3748 en 2018, soit une évolution de 7,5%. Le nombre d’emploi créés passe de 55,500 emplois en 2017 à 62,548 en 2018, soit une évolution de 12,7%. Le ministre a déclaré que l’effort d’investissement demeure un peu loin de celui de certains concurrents. Enfin, il a indiqué que ce taux a chuté depuis 2011 pour atteindre en 2018 seulement 18,4% du PIB. A titre de comparaison, le niveau d’investissement des pays asiatiques varie entre 30 et 35%.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here