Tahya Tounes, le parti du pouvoir … !

Tahya Tounes L'Economiste Maghrébin

« Il est vrai peut-être que les mots nous cachent davantage les choses invisibles qu’ils ne nous révèlent les visibles » (Camus). Les discours fondateurs des partis confirment ce diagnostic, en appréhendant les attentes des électeurs. Qu’en est-il du discours fondateur du nouveau parti Tahya Tounes, dont on a annoncé la création, le 27 janvier à Monastir ?

Le manifeste du parti : Tahya Tounes fait valoir sa référence : « Démocratique et moderniste, à l’appui de l’esprit bourguibien, le réformisme tunisien et rejetant tout discours réactionnaire » (discours  de Mustapha Ben Ahmed, président de la coalition parlementaire, qui a fondé le parti).

Le manifeste du parti annonce « sa rupture avec le despotisme et l’exclusion. Il est fondé sur les relations horizontales, à partir de la base, par des élections qui assurent l’égalité entre les régions et le choix des compétences, pour assurer une gestion au service d’une croissance globale, luttant contre la corruption et le terrorisme ». Principale référence historique de Khéreddine Pacha, à Farhat Hached et à Habib Bourguiba.

Précisant ce manifeste Kamel Haj Sassi, conseiller du chef du gouvernement, évoque comme objectif, « le rassemblement de la famille centriste, démocratique et destourienne, assurant la participation de la jeunesse et des femmes et s’accordant avec la mémoire nationale ».

Slim Azzabi, ancien chef de cabinet du Président qui a rallié Youssef Chahed, fait valoir comme objectif « l’Etat civil, les droits de la femme et l’héritage de la génération des réformateurs et à leur tête Habib Bourguiba ».

Il fait valoir le nécessaire rassemblement et la prise en compte des Destouriens, membres de la famille de Tahya Tounes. L’objectif de cette création serait la constitution d’une force politique pour assurer le rééquilibrage recherché.

Au-delà du discours

Dans son discours Slim Azzabi évoque le rejet des leaders. Or, nous savons que le parrain du nouveau parti est le chef du gouvernement, objet d’ailleurs, d’une dizaine de citations de l’orateur. D’ailleurs, cette donne peut permettre au nouveau parti de profiter du soutien du pouvoir.

Fait plus important, la non-définition  de programmes socio-économiques, à l’instar des autres partis, limite l’audience de Tahya Tounes. Le soutien du pouvoir pourrait-il compenser cette donne ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here