Ahmed Seddik: “Notre révolution est confisquée”

Ahmed Seddik L'Economiste Maghrébin

Huit ans après le 14 janvier, les Tunisiens aspirent à un profond changement. Un espoir auquel s’accrochent un bon nombre de Tunisiens de la Tunisie nouvelle demeure en vain. Pour la simple raison c’est que la réalité est tout autre. Une fois de plus le chômage en hausse, 15.5%, contre 15.4% au premier trimestre, le pouvoir d’achat des Tunisiens en baisse de 40%. Bien qu’il y ait du chaos parfois, à savoir  l’instabilité politique, les Tunisiens veulent des solutions urgentes. Que pense le Front Populaire? 

Ahmed Seddik, député du Front Populaire donne un aperçu de 8 ans après. Il exprime: “ Nous ne sommes pas dans une situation de fêter, mais nous serons présents à l’avenue Habib Bourguiba. Il n’y a pas de quoi de faire la fête car la liberté est confisquée”. 

Ahmed Seddik: “On préserve difficilement ce qu’on a gagné “

Il poursuit: “Notre révolution est confisquée. On n’est pas en train d’avancer mais au contraire on préserve difficilement ce qu’on a gagné  comme acquis de liberté individuelle”.

Selon lui, l’absence des institutions constitutionnelles est due à une conduite irresponsable parlementaire et gouvernementale. Il précise: “C’est à dire la majorité parlementaire n’a pas eu le courage ou la volonté de concrétiser ce qu’ils ont promis à leurs électeurs”

Autre élément qui a marqué l’actualité est la rencontre entre le président de la République Béji Caïd Essebsi et le chef du mouvement  Rached Ghannouchi. A cette interrogation, M. Seddik, a souligné: “On n’aime pas faire la devinette. A mon avis, la situation politique et la situation sécuritaire ne sont pas rassurantes d’autant plus après les nouvelles révélations  du collectif de défense de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi  de l’existence  l’appareil secret du mouvement Ennahdha”. 

Il poursuit: ” Ce qui est fort probable, il y  a eu un recours par le mouvement Ennahdha de conclure un accord pour étouffer certaines révélations qui visent  à révéler la vérité aux Tunisiens”

Il conclut: “la réaction du président de la République personne ne la connait. Pour nous la seule solution c’est de connaitre toute la vérité et faire de sorte que les juges les magistrats ne soient pas empêcher  de faire leur travail convenablement”. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here