Réforme des régimes de retraite : adoption ou pertes incalculables

régimes de retraite - l'économiste maghrébin

Le gouvernement s’est trouvé dans l’obligation de contracter un prêt des banques pour honorer les pensions de retraite. C’est ce qu’a déclaré Kamel Maddouri, le directeur général de la Sécurité sociale au sein du ministère des Affaires sociales. Ainsi, les régimes de retraite attendent la réforme désespérément. 

Kamel Maddouri a accordé une déclaration au quotidien arabophone Assabah, dans sa livraison d’aujourdhui, 5 janvier. Ainsi il  a précisé que la non-adoption du projet de loi relatif à l’amendement de la loi qui porte sur les régimes de retraite a engendré des pertes pour l’Etat de 530 millions de dinars récemment.

Par ailleurs, il a fait savoir que si les députés ne votent pas le projet de loi en 2019, cela coûtera cher à l’Etat. Celui-ci se trouvera dans l’obligation de fournir des financements supplémentaires de 1800 millions de dinars. C’est ainsi que pourra être assurée la pérennité des  régimes de retraite.

Contre toute attente, l’Assemblée des représentants du peuple a déjà rejeté le projet de loi le 13 décembre 2018. Un rejet qui a choqué les retraités qui attendent  avec impatience l’adoption du projet de loi. Il est à préciser que la finalité de ce projet est de réformer les caisses sociales. Pourtant, le projet de loi a gagné l’adhésion de l’UGTT, l’UTICA et du gouvernement.

Le ministre des Affaires sociales, Mohamed Trabelsi, a  affirmé que le projet de loi est l’otage de tractations politiques entre les différents partis politiques. Toutefois, il a précisé que le gouvernement envisage de renvoyer prochainement le projet à l’ARP.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here