La loi de finances 2019 n’arrange pas les professions libérales

professions libérales - l'économiste maghrebin

À peine l’Assemblée des représentants du peuple a-t-elle adopté la loi de finances 2019, que les organisations des professions libérales ont décidé de se mobiliser. Déterminées et fermes, elles rejettent catégoriquement la LF 2019.

Le syndicat tunisien des médecins libéraux (STML), dans un communiqué rendu public hier, a refusé catégoriquement la levée du secret bancaire et la taxe de 1 % sur le chiffre d’affaires des cliniques et des prestataires de santé.

Le syndicat s’est indigné des « décisions unilatérales prises sans concertation avec les professionnels ». Et de considérer que ces décisions ne prennent pas en considération les spécificités de l’exercice médical en Tunisie. Chaque année les médecins sont surpris par de nouvelles mesures, regrette le syndicat. Les pressions fiscales ne sont plus supportables, affirme-t-il.

Par ailleurs, le syndicat a affirmé qu’il travaille en étroite collaboration avec l’Union des professions libérales. Et ce, « pour affronter ces mesures anticonstitutionnelles qui n’ont rien à avoir avec la justice fiscale ».

Professions libérales : l’union fait la force

Le syndicat a appelé tous ses adhérents dans les régions à participer à la manifestation lancée par l’Union tunisienne des professions libérales. Elle est prévue pour le 13 décembre, à partir de 10h, du palais de justice vers la présidence du gouvernement.

En outre, l’Union tunisienne des professions libérales a annoncé son refus catégorique de l’intégralité de la LF 2019. Elle a menacé de geler les activités de tous les prestataires de services membres de l’union.

Elle considère que c’est une loi qui porte atteinte à l’existence même des professions libérales. C’est une loi qui porte atteinte à toutes les parties prenantes dans l’économie tunisienne d’après la même source. Les mesures qui figurent dans la loi de finances 2019 sont de nature à encourager l’évasion fiscale. De même l’Union a considéré que le gouvernement est désormais responsable de la dégradation de la situation socio-économique.

L’Ordre des Experts Comptables de Tunisie (OECT), a annoncé que ses adhérents vont participer à la manifestation prévue pour le 13 décembre. L’OECT a indiqué qu’il refuse l’article 33 qui porte sur la levée du secret bancaire. L’Ordre interpelle le Président de la République afin qu’il intervienne et exerce ses prérogatives pour revoir l’article 33 de la loi de finances 2019 qui porte sur la levée du secret bancaire.

De même, l’Ordre national des Avocats de Tunisie a annoncé sa participation à la manifestation. Il participe pour défendre le secret professionnel considéré comme une ligne rouge. L’Ordre des Avocats a formé un comité pour déposer un recours contre quelques articles de la LF 2019.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here