Slim Zeghal : « Réformer, ce n’est pas plaire non plus »

Slim Zeghal L'Economiste Maghrébin

Quel est le projet tunisien pour le 21e siècle ? Quelle est notre vision ? Et puis, avons-nous encore le temps ? Savons-nous et pouvons-nous appliquer les remèdes préconisés ? Avons-nous formé les agents publics ? Avons-nous fixé des objectifs ? Savons-nous communiquer pour avoir l’adhésion, vaincre les résistances, instaurer la confiance et ne plus avoir de lignes rouges ?

Voilà une série d’interrogations lancées par Slim Zeghal, coordinateur des Journées de l’entreprise 2018, à l’ouverture de la 33ème édition des Journées de l’entreprise organisée sur le thème de « L’entreprise et les réformes de rupture ».

La marge de manœuvre s’est encore plus réduite !

Slim Zeghal a prononcé un discours à travers lequel il a essayé d’expliquer le pourquoi de réformer et l’impact des réformes à mettre en place en urgence sur l’entreprise et sur le pays. Pour lui, une réforme est toujours porteuse de changement et de risque.

« Réformer, ce n’est pas plaire non plus. Pour réformer, idéalement, il faut procéder par étapes. Cela a permis au président Bourguiba de réformer le pays sur le plan sociétal, avec en particulier l’éducation, la santé, le planning familial et le statut de la femme », a ajouté Slim Zeghal.

Le coordinateur des Journées de l’entreprise a souligné que le temps perdu nous rattrape avec une marge de manœuvre qui s’est encore plus réduite et des risques qui sont peut-être plus grands.

Slim Zeghal a aussi évoqué certains aspects qui nécessitent une rupture. Rappelant, à titre d’exemple, le déficit de la balance énergétique, il a estimé que l’installation d’une capacité future de 10 GW en solaire et éolien stabiliserait le dinar, mobiliserait des capitaux privés en PPP et développerait un éco-système d’avenir pour le pays.

Pour réussir, il faut « faire »

Pour réussir, Slim Zeghal pense qu’il faut un changement profond d’état d’esprit avec un passage du contrôle a priori au contrôle a posteriori. « Plutôt que tout est interdit et voilà ce qui est autorisé, préférez : tout est permis et voilà ce qui est interdit », explique M. Zghal.

Slim Zeghal a conclu son discours sur une note d’optimisme. Il a appelé l’auditoire à imaginer une Tunisie qui sera un modèle de pays émergent, qui aura réussi sa transition démocratique, qui aura redressé son économie et qui aura apaisé ses tensions internes.

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here