Le torchon brûle entre la direction du CA et Slim Riahi

CA -l'économiste maghrébin

Rien ne va plus entre le comité directeur du Club Africain (CA) et l’ex-président Slim Riahi. Ses détracteurs l’ont accusé de mauvaise gestion durant son mandat à la tête du club.

Il est accusé par le comité directeur du Club Africain d’être à l’origine de la crise financière du club de Bab Jedid. Slim Riahi, a promis de tout révéler sur la situation financière du CA et de répondre aux accusations. Mais aussi de révéler la vérité sur les supposées malversations qui auraient marqué son mandat à la tête du club.

Prenant la parole dimanche 18 novembre sur les ondes de Mosaique FM, l’avocat de Slim Riahi, Taieb Bessadok, a déclaré que son client ne cherche nullement à aggraver la crise du Club Africain mais à faire partie de la solution.

La politique en jeu ?

« Slim Riahi a remporté 22 titres avec le CA, toutes sections confondues pendant les six ans à la tête du club. Malgré cela, il a été victime d’une campagne de dénigrement et de harcèlement dans certains médias et sur les réseaux sociaux », a-t-il déploré. Il rappelle que l’homme d’affaires n’est pas responsable de la situation actuelle du CA. Le club avait 12 millions de dinars de dettes quand il en a pris les commandes.

L’avocat a notamment indiqué que son client pense « que les pressions qui pèsent sur lui sont dues essentiellement à ses orientations politiques ». Il est disposé à saisir la justice à l’encontre de ceux qui ont gaspillé l’argent du club.

Amendes exorbitantes

Réagissant aux accusations de malversations à son encontre, le comité directeur du CA a déclaré, dans un communiqué, qu’il prendra ses responsabilités envers le club. Il a assuré avoir payé des « amendes exorbitantes », afin de ne pas priver l’équipe de participer aux compétitions Africaines.

Dans son communiqué, la direction du CA a accusé l’ancien président du club « d’exploiter les problèmes du club, afin de regagner le soutien du public et de se remettre sur la scène politique, pour  gagner ses voix lors des prochaines élections ».

Et d’enfoncer le clou : « Le moment choisi par Slim Riahi pour sortir de son silence confirme qu’il a délibérément endetté le club. Le déséquilibre survenu n’était pas naturel. »

Rappelons que le vice-président du Club Africain, Majdi Khlifi, avait souligné que les dettes du club ont atteint 30 millions de dinars, dont 4.5 millions qui doivent être réglés avant la fin de l’année pour éviter les sanctions de la FIFA.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here