Le mystère du génie de Léonard De Vinci enfin élucidé?

leonardo da vinci-strabisme

Le génie de Léonard De Vinci étonne plus d’un et depuis des siècles les gens ont essayé de théoriser la source de son talent artistique. Comment a-t-il pu saisir avec autant de précision la profondeur et la perspective sur une toile plate ?

Une nouvelle étude scientifique suggère que le talent inégalé de De Vinci pourrait en partie provenir de sa capacité à voir le monde différemment. « Le strabisme expliquerait la grande facilité de Vinci à restituer aux visages et aux objets leurs trois dimensions, » explique un chercheur britannique.

Léonard De Vinci : son strabisme lui permettait de voir le monde, comme s’il était peint sur une toile plate

Ce trouble de la vue, selon une étude publiée jeudi dans la revue Jama Ophtalmology, lui aurait permis de voir à la fois les visages et les objets en 2D et en 3D. Cette exotropie, ou défaut d’alignement des yeux, est une forme de strabisme. Elle pousse la personne atteinte à privilégier un œil par rapport à un autre. Cette personne a la chance de voir le monde comme s’il était peint sur une toile plate.

Les résultats de l’étude sont les suivants : « L’examen de six portraits et autoportraits de De Vinci dans lesquels la direction du regard de chaque œil est identifiable, montre que la plupart des peintures présente un angle de strabisme exotrope cohérent de -10,3°. »

Cette étude a évalué six œuvres , dont deux sculptures, deux peintures à l’huile et deux dessins. Les alignements relatifs moyens des pupilles dans les ouvertures de la paupière (où la divergence est indiquée par des nombres négatifs) ont montré les estimations suivantes. De −13,2° chez David, −8,6° dans Salvator Mundi, −9,1° dans Young Jean le Baptiste, −12,5° dans Young Guerrier, 5,9° chez l’homme de Vitruve et −8,3° sur un autoportrait âgé. Ces résultats sont compatibles avec l’exotropie (5 = 2,69; P  = 0,04, bilatéral). »

Enfin, Léonard De Vinci ne serait pas le seul artiste célèbre à avoir souffert d’un strabisme. Des études antérieures ont démontré, en analysant l’alignement des yeux dans des autoportraits, que des peintres tels que Rembrandt, Edgar Degas et Pablo Picasso souffraient également de ce désordre.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here