Ahmed El Karm prône une LF 2019 en faveur du decashing

Ahmed El Karm -L'Economiste Maghrebin

Le président de l’Association professionnelle tunisienne des banques et des établissements financiers (APTBEF) Ahmed El Karm ne manque pas d’afficher une position ferme face au secteur informel.

Lors de son intervention dans le cadre du séminaire sur « l’évolution du digital dans le Banking et les moyens de paiement », il a appelé à mettre en place une panoplie de mesures pour favoriser le paiement en ligne.

En effet, la digitalisation n’est plus un choix à faire pour les banques tunisiennes. Ahmed El Karm signe et persiste. Il considère que c’est une obligation imposée par l’évolution technologique et les transformations actuelles.

A cela s’ajoute que les clients des banques sont devenus exigeants et revendiquent l’utilisation de la digitalisation.

De même, le président de l’association a fait savoir que les banques tunisiennes doivent évoluer et suivre les nouvelles technologies. Pour lui, il est inconcevable que 13 milliards de dinars circulent loin du circuit bancaire.

La bancarisation de cette somme s’impose, notamment si les banques tunisiennes en ont besoin pour se re-financer.

La solution ? Il prône le recours au Decashing pour pouvoir renflouer les caisses des banques. Cette opération permettra entre autres de tirer cet argent du secteur informel vers le secteur formel. Dans le même contexte, il a affirmé que le decashing a des répercussions positives sur les dépôts au niveau de la trésorerie des banques.

Après avoir décortiqué l’aspect technique de la question, le président de l’APTBEF a affirmé que la question a un versant politique. Car, selon lui, si le secteur informel connait un essor particulier, cela est du à une confiance qui s’est ébranlée entre les opérateurs économiques, les clients et l’administration.

La loi de finances 2019 doit interdire le paiement des impôts et des taxes en liquide, propose-t-il. Les Tunisiens doivent payer leurs impôts et taxes par les moyens de paiement électronique. Il proposede taxer les retraits en espèces pour les orienter vers l’amélioration du service du paiement en ligne.

En effet, l’intervenant ne manque pas d’annoncer que son association a lancé un  appel d’offres pour le développement d’une solution nationale de paiement mobile. Par ailleurs, cette initiative bénéficie du soutien du ministère des Finances et de la BCT. Dans le même sillage, le président de l’APTBEF a dévoilé que 13 entreprises ont pris soin de participer à l’appel d’offres. Il s’agit d’entreprises nationale et internationale. Enfin, il a indiqué que le résultat sera connu en fin de semaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here