AJECT : de la nécessité de réformer les professions comptables

professions comptables

«Les professions comptables en Tunisie : la nécessité et l’urgence d’une réforme globale et cohérente», tel est l’intitulé de la manifestation tenue aujourd’hui 4 juillet, par l’Association des jeunes experts-comptables de Tunisie (AJECT), au siège de l’Institut arabe des chefs d’entreprise (IACE). Cette manifestation affirme bel et bien que les professions comptables en Tunisie ont un grand besoin de réforme, à la fois urgente et nécessaire.

Ainsi les jeunes experts-comptables se sont réunis aujourd’hui pour défendre leurs professions, exposer leurs soucis et concevoir leurs réformes en Tunisie. Prenant la parole Ali Goddi,  président de l’Association des jeunes experts-comptables de Tunisie a souligné lors de son intervention la nécessité et l’urgence de mettre les réformes adéquates pour mener à bien les professions comptables en Tunisie.

À cet égard, il a fait savoir que feu Slim Chaker, ancien ministre des Finances, a demandé la mise en place de réformes qui prennent en considération les standard internationaux en matière de comptabilité et qui répondent aux exigences du secteur en 2015. Cette mission a été confiée à deux experts de renommée, à savoir l’expert comptable Rached Fourati et Mohamed Hadded, contrôleur auprès de l’Etat. Ainsi la mission consiste à faire un diagnostic de la situation des professions comptables en Tunisie et des réformes qui doivent s’imposer.

L’intervenant a noté qu’il s’agit de toutes les professions comptables (comptabilité, expertise comptable, auditeur, commissaire aux comptes et les autres professions associées). Ces réformes ont été préparées avec la participation de plusieurs organismes : la Compagnie des experts-comptables, l’Association des jeunes experts-comptables de Tunisie (AJECT), L’Ordre des Experts Comptables de Tunisie (OECT) et la compagnie des comptables de Tunisie.

Les professions comptables attendent les réformes depuis plus de 30 ans

De son coté, le conseiller économique auprès du chef du gouvernement, Faycel Derbel, a affirmé que les réformes ont tardé à venir que la dernière refonte de la profession d’expert comptable date du 10 août 1988, soit 30 ans. La nouvelle réforme prévoit dans le même contexte des apports à tous les métiers comptables. Pour lui, les soucis dans ce corps de métier ne manquent pas. A cet égard, il souligné la nécessité d’unifier la profession. Pour lui, les professionnels sont menacés par des textes qui prévoient plusieurs lourdes sanctions qui les ont noyés dans des obligations. La Tunisie compte 1000 experts-comptables actuellement. « Mais le problème se pose pour les experts-comptables stagiaires dont le nombre est en train de baisser. Le cursus d’enseignement est à revoir, car il ne permet pas d’avoir un nombre suffisant de diplômés en révision comptable et par conséquent la profession n’intéresse peut-être plus ces gens là et il existe un grand danger que la profession disparaisse. »

De son coté, Rached Fourati a présenté les conclusions des réformes proposées. L’étude recommande entre autre, la mise en place d’un haut conseil de l’audit financier, la mise en place d’une instance de normalisation comptable et la mise ne place d’un dispositif de supervision publique de l’audit financier et de la normalisation comptable.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here