Youssef Chahed à la rencontre des nidéistes

Youssef Chahed L'Economiste MaghrébinYoussef Chahed met l’accent sur l’importance de la reprise de la croissance.

Serait-ce la fin de la guerre froide entre le directeur exécutif du parti Nidaa Tounes Hafedh Caïd Essebsi et le chef du gouvernement Youssef Chahed, à l’issue d’une rencontre sous le signe du rassemblement des nidéistes, dans la soirée mercredi 13 juin?

Quels sont les dessous de cette rencontre? Sofien Toubel, président du bloc parlementaire de Nidaa Tounes, a fait savoir que cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la mission de la commission parlementaire du parti qui évalue le travail gouvernemental.

Il a également ajouté: “Après les résultats des municipales, il est temps de revoir la restructuration locale et régionale afin de préparer notre second congrès.”

De son côté Imed Ouled Jebril, député du parti Nidaa Tounes, a déclaré que cette rencontre a été conciliante avec le directeur exécutif du parti Nidaa Tounes.

Youssef Chahed: “Pas d’imposition sur les sociétés dans la loi de finances 2019”

Quant à la question d’un éventuel putch de l’ex-ministre de l’Intérieur, Lotfi Brahem, Youssef Chahed a démenti ces rumeurs sans pour autant s’étaler sur le sujet. Dans la même journée, le chef du gouvernement a assisté à un autre événement durant lequel il a rappelé que sur le plan économique, il n’y aura pas de nouvelles impositions sur les sociétés en 2019. Il précise dans ce contexte: “En d’autres termes, il n’y aura aucune imposition sur les sociétés dans la loi de finances 2019, mais nous nous dirigeons vers une fiscalité d’incitation afin d’attirer les sociétés pour investir en Tunisie, en améliorant l’export et pour créer de l’emploi.”

Il conclut: “La reprise de la croissance, cela va venir. D’ailleurs, le gouvernement a procédé par de nouvelles mesures, à la création d’une nouvelle génération d’entrepreneurs, que le gouvernement est prêt à encadrer, aussi bien sur le plan financier que sur le plan des ressources humaines durant les trois premières années, par un financement qui peut atteindre un plafond de 600.000 dinars.”

Par

Publié le 14/06/2018 à 10:08

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin