Noureddine Taboubi plaide pour un déblocage rapide de la crise

Noureddine Taboubi
Entretien entre le secrétaire général de l'UGTT Noureddine_Taboubi et le Président de la République Béji Caïd Essebsi

Pour le secrétaire général de l’UGTT Noureddine Taboubi, il existe un rapprochement entre les points de vue de la Présidence de la République et l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) concernant les solutions pour une sortie de crise.

Cette déclaration intervient suite à un entretien avec le Président de la République, Béji Caïd Essebsi. Le secrétaire général de l’UGTT a indiqué qu’il est possible de faire sortir le pays de la crise rapidement, surtout que les Tunisiens sont en attente.  «Cette crise ne pourra pas durer plus que cela», martèle-t-il.

Pour lui, tous les Tunisiens doivent s’armer de patience et accorder la priorité à l’intérêt national plutôt qu’ à l’intérêt personnel. Noureddine Taboubi a affirmé que la seule alternative est le vivre-ensemble en Tunisie, avec un consensus autour des grandes réformes. A la fin de son intervention, le secrétaire général de la centrale syndicale a souhaité un déblocage rapide de la crise politique.

Noureddine Taboubi mise sur l’apaisement

Il est à rappeler que la crise politique a atteint son apogée en Tunisie : ministre de l’Intérieur démis de ses fonctions; naufrage d’un bateau transportant des migrants non réglementaires faisant plus de 60 victimes; rumeurs sur un prochain remaniement ministériel et autres… Notons que Noureddine Taboubi a adopté un discours plus calme et plus modéré dans cette déclaration que dans les précédentes souvent  incendiaires, qui ont marqué sa relation avec le Chef du gouvernement Youssef Chahed. Cela pourrait nous amener à croire que l’UGTT s’oriente vers l’apaisement sous la pression de la nouvelle conjoncture.

Il convient de rappeler que des manifestants ont incendié, à l’aube du 6 juin, un poste de la garde nationale à Beni Khedache à Médenine en guise de protestation contre le naufrage de l’embarcation des migrants, survenu samedi dernier et en guise de revendication du développement régional.  Notons par ailleurs, que l’Accord de Carthage II demeure suspendu en attendant sa reprise.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here