CPG : après la grève dans les mines, la grève des fonctionnaires

CPG

Depuis 2011, la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG), une valeur sûre de notre économie, n’en finit pas de subir revers sur revers, grevée qu’elle est par d’interminables grèves qui ont fini par avoir raison de sa productivité et de sa capacité à absorber le chômage du bassin minier.

Depuis le 8 février, les agents et fonctionnaires en poste au siège social de la CPG sont entrés à leur tour en grève pour protester contre les arrêts forcés du travail dans les mines. Dans une déclaration accordée aux médias, l’attaché de presse, Rafik Smida, a indiqué qu’il s’agit d’une action spontanée de la part des agents et des cadres dont l’objectif est de mettre fin aux grèves à répétition d’une part et de mener un dialogue sérieux pour le sauvetage de l’entreprise publique, d’autre part. L’intervenant a indiqué que le secteur du phosphate emploie plus de 30 mille familles.

Ce secteur ne se limite pas uniquement à la CPG. D’autres entreprises sont dépendantes de la CPG telle la Société du transport du phosphate, la Société de l’environnement, plantation et jardinage et surtout le Groupe chimique. D’où l’urgence de trouver une solution radicale, d’après l’interlocuteur.

Les chiffres confirment bel et bien la complexité de la situation. En effet, au cours du mois de janvier 2018, le secteur des mines, phosphates et dérivés a enregistré une baisse de 25,1%, suite à la diminution des exportations en acide phosphorique (31.9 MD contre 39,4 MD à prix courants).

Par ces arrêts intempestifs forcés du travail dans les mines, toute la chaîne qui va de la production à l’exportation est rompue, causant des pertes inchiffrables et surtout mettant en péril les parts de marché à l’étranger qui risquent d’aller à la concurrence. D’après le directeur commercial de la Compagnie de phosphate de Gafsa (CPG), Abderrazek Ratassii, la production du phosphate a chuté de 40 à 50% de 2011 à 2017, causant la perte d’un certain nombre de marchés. Notons qu’avant 2011, la Tunisie produisait huit millions de tonnes de phosphate annuellement.

Par

Publié le 12/02/2018 à 12:51

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin