Abir Moussi: « Nous risquons de vivre dans un système électoral chaotique »

Abir Moussi

Invitée sur les ondes radiophoniques, Abir Moussi, présidente du Mouvement Destourien Libre a fait un état des lieux du paysage politique et du bilan de la révolution.

Au premier volet de l’après 14 janvier, elle réaffirme une fois de plus que ceux qui prétendent qu’il y a eu une révolution se leurrent. « Le Printemps arabe n’est qu’une instrumentalisation organisée par Freedom House avec la collaboration de certains  politiciens qu’on  retrouve aujourd’hui  dans le paysage politique tunisien ».

Quant à la présence d’Ennahdha dans le gouvernement d’union nationale, Mme Moussi n’a pas mâché ses mots. Selon elle, le mouvement Ennahdha continue à tenir un double langage. Elle déclare dans ce contexte: «Le  fait que les dirigeants du mouvement n’aient pas mis en place une révision doctrinale,  à savoir séparer le religieux du politique, démontre qu’ ils continueront toujours dans ce même jeu. les islamistes d’hier sont les mêmes d’aujourd’hui ».  Et ce, d’autant plus qu’ ils n’ont pas pris leurs distances des frères musulmans.

Et de rappeler: « leur chef du mouvement, Rached Ghannouchi, est le secrétaire général adjoint de Youssef El Qaradhaoui, membre des organisations terroristes ».

Sur un autre volet, Mme. Moussi a affirmé que le système électoral est défaillant. Elle souligne: « Tant que le système électoral ne changera pas et tant qu’on n’aura pas fait des modifications au niveau de la Constitution, nous serons amenés à vivre dans un système chaotique. Et  c’est aux Tunisiens d’assumer la responsabilité de ce qui va suivre ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here