Les 20 premières mesures décidées par le Conseil Supérieur des Exportations

Pour accroître la lisibilité du dispositif de soutien aux exportations, le Conseil supérieur des Exportations s’est réuni hier en présence du Chef du gouvernement, de 13 ministres et des représentants des organisations nationales (UTICA, UGTT, UTAP) qui ont annoncé les 20 premières mesures pour booster l’exportation.

1er axe – Simplifier l’accès au financement et faire le suivi de l’assurance à l’exportation :

  • Augmenter le budget du Fonds des exportations pour les promouvoir à hauteur de 40 millions de dinars en 2018, 80 millions de dinars en 2019, 100 millions de dinars en 2020 et prévoir des crédits immédiats de 15 millions de dinars afin de traiter les dossiers en attente.
  • Octroyer des avantages pour soutenir l’export vers les marchés africains: couverture des frais à hauteur de 70% pour l’exploration des marchés étrangers, 60% pour le transport aérien et 50% pour le transport maritime. Quant aux entreprises qui exportent pour la première fois, elles bénéficieront d’une subvention.
  • Soutenir la Société tunisienne d’assurance du commerce extérieur pour les exportations vers le marché africain sur le Fonds de garantie des risques à l’exportation par la prise en charge par l’État de 50% des primes d’assurance à l’exportation par l’intermédiaire.
  • Aider les entreprises nationales ayant des difficultés à se lancer sur le marché africain en leur facilitant l’accès dans les domaines de l’assurance, le financement et le change.
  • Créer la Société immobilière internationale de Tunisie (SOFIT) dans le domaine de la réforme immobilière (logement, industriel et technologique).
  • Établir des programmes de soutien pour les principaux systèmes d’exportation dans le cadre de programmes contractuels avec des structures professionnelles (TIC, IME, I Pharmaceutique, Textile, Cuir & Chaussures, Agroalimentaire)

2e axe- Expansion de la représentation commerciale et développement de la logistique et de la navigation :

  • Lancement du projet de port en eaux profondes d’Enfidha et achèvement des quais 8 et 9 du port de Radès, ainsi que la modernisation de l’espace aérien de l’aéroport de Tunis-Carthage.
  • Expansion du réseau de représentations commerciales en Afrique subsaharienne (Kenya et Nigeria), établissement d’une représentation commerciale sur le marché polonais et réouverture du bureau de la Libye.
  • Soutien de la ligne maritime directe entre la Tunisie et la Russie et établissement d’une route maritime directe vers les marchés de l’Afrique de l’Ouest (Sénégal, Côte d’Ivoire et Bénin).

3e axe- Simplifier les mesures et l’accompagnement :

  • Digitaliser les procédures d’exportation et d’approvisionnement.
  • Créer un manuel de procédures des exportations pour l’enregistrement portuaire dans toutes les administrations concernées, via un portail web évoquant les structures d’exportation.
  • Élargir et faciliter l’octroi du statut d’agent économique en fonction du nombre total de personnes impliquées dans le processus d’exportation.
  • Instituer le travail obligatoire pour tous les jours de la semaine, toutes les institutions et les structures d’exportation.
  • Restructurer SOS Export avec une ligne verte pour les exportateurs.
  • Exempter les conteneurs destinés à l’exportation de toutes les dépenses portuaires pour la période de séjour dans le port après 48 heures pour les marchandises périssables et 72 heures pour le reste des marchandises.
  • Exempter des entreprises ayant le meilleur label du paiement des procédures de contrôle technique au moment de l’exportation et réduction des délais. 
  • Contrôler et suivre les procédures du commerce extérieur et douanières via la relance d’un outil de soutien au commerce extérieur.

4e axe – Intensification et poursuite de la coordination des événements axés sur l’exportation :

  • Organisation de la Journée nationale de l’exportation et relancer le prix de la meilleure institution exportatrice.
  • Mise en place d’un programme de communication pour promouvoir et valoriser l’image du produit tunisien «Made in Tunisia».
  • Création d’une foire  internationale des industries alimentaires ainsi que celle d’une plateforme électronique pour promouvoir les produits locaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here