Olivier Pradet : les entreprises françaises sont intéressées par la Tunisie

entreprises

Intervenant dans le cadre d’un séminaire intitulé “Colloque numérique : internet des objets  et SMARTGRID”, Olivier Pradet, directeur de  Business France à Tunis, a affirmé que les entreprises françaises son intéressées par le site Tunisie.

Quand les entreprises françaises ciblent la Tunisie

« Quand on va en France, on se rend compte que la Tunisie suscite l’intérêt des entreprises françaises. Nous avons d’ailleurs plusieurs projets concrets en Tunisie », lance-t-il, à l’ouverture du séminaire tenu hier, 6 décembre, à l’Université Libre de Tunis (ULT).

Il poursuit : « Parfois, l’actualité renvoie une image pas forcément conforme à la réalité locale et quand on est conseiller commercial et qu’on travaille à Business France, l’une des difficultés est de lutter contre les clichés ».
En ce qui concerne les objets connectés, le directeur a considéré qu’ils  vont envahir tous les domaines et le quotidien de tout le monde. « Je pense qu’un jour quand on coupera le cordon ombilical on va le remplacer par une connexion à un téléphone intelligent », ironise-t-il.  En effet, l’internet des objets est une tendance qui se développe sur le marché international, affirme-t-il.

Le nombre des objets connectés va augmenter dans le futur dans tous les domaines, renchérit-il : «  Par exemple en France nous avons des problèmes avec un certain nombre de jouets connectés », a-t-il précisé. En 2025, le chiffre d’affaires qui sera généré par l’internet des objets va doubler. Dans la même logique, il a indiqué que le PIB d’un certain nombre de pays va augmenter grâce à l’internet des objets.

Notons que l’événement a connu et pour la première fois la présence de deux principaux acteurs mondiaux des réseaux IoT bas-débit : LoRa ALLIANCE et SIGFOX. Les deux entreprises sont venues pour prospecter le marché tunisien.

Nous y reviendrons

Article précédentAttijari bank – Bank of the year : les raisons de la réussite
Article suivantBAD – Tunisie : prêt de 85 MD au profit du développement
Avatar photo
De formation littéraire, Hamza Marzouk travaille à l’Économiste Maghrébin depuis 2011. Il suit de près les mouvements sociaux, sous toutes leurs formes depuis 2011.Les droits socioéconomiques sont son domaine de prédilection. De même, il s'intéresse au monde de la culture et de l'art plus particulièrement : entrepreneuriat culturel et le cinéma tunisien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here