Chawki Tabib: « La loi contre l’enrichissement illicite est urgente »

CHAWKI TABIB INLUCC

« La lutte contre la corruption est l’affaire de tous », affirme Chawki Tabib, président de l’Instance nationale de lutte contre la corruption INLUCC. Même si cela fait des mois que l’opération “mani pulite”, déclenchée par le chef du gouvernement Youssef Chahed a porté ses fruits, cela n’empêche qu’il faudrait d’autres mesures  contre, par exemple, l’enrichissement illicite.

« L’objectif principal revient à l’adoption d’une loi contre l’enrichissement illicite », c’est ce qu’a soulevé M.Tabib, en marge de son audition dans la commission de la législation générale à l’ARP. Il a déclaré: « Il serait d’autant plus important de contrer ce phénomène, de remplacer les sanctions financières par des peines d’emprisonnement ». Il a considéré, à cet effet, que les amendes d’environ 300 dinars, voire les retenues sur salaires demeurent “insignifiantes” au regard gains des agents corrompus à l’intérieur de l’administration.

Selon lui, l’adoption de cette loi doit se faire d’ici la fin de la semaine prochaine. Il ajoute: « Ce projet est le 3 ème en matière de lutte contre la corruption ». Tout comme il a salué l’effort du gouvernement de l’avoir soumis à l’ARP en examen en urgence. En somme, faire de ce projet de loi un instrument nouveau dans la fonction publique. En tout cas, les débats sur la lutte contre la corruption continuent à alimenter l’opinion publique. Il est clair que le grand déballage se poursuit.

Rappelons que la corruption demeure la préoccupation majeure des citoyens (89% des sondés), selon le sondage du Centre de l’Institut Républicain International  l’IRI. En effet, ils affirment que la corruption s’est multipliée après le 14 janvier. Alors que 46% des Tunisiens voient que les pistons (« el wasta ») sont aussi une préoccupation majeure. 

D’après Scott Mastic, Directeur Régional pour l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient, il s’agit d’un sondage qui renforce une nécessité vitale de résoudre les problèmes les plus préoccupants des Tunisiens:  la corruption et l’économie. Il conclut: « Nos résultats renforcent le besoin de faire face à la corruption au niveau local et national ».

[raside number= »3″ tag= »corruption »]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here