Leila Chettaoui: la radicalité politique est en train de gagner le pays

Aux dernières nouvelles du sondage de l’Institut Républicain International (IRI), l’intention de vote pour les élections municipales  demeure faible. En effet, 50% des sondés pensent que les votants ne seront pas nombreux. Alors que 83% des répondants ne savent pas à quel parti accorder leur vote si les élections se tiendraient demain. Quelle conclusion peut-on en tirer?

Pour Leila Chettaoui, députée du bloc parlementaire Machrou3 Tounes, il s’agit d’un chiffre extrêmement alarmant. Elle précise dans ce contexte: « On peut l’expliquer de la manière suivante: la classe politique n’a pas réussi à instaurer un climat de confiance. De ce fait, la radicalité politique est en train de gagner le pays. Après le 14 janvier, après un régime présidentiel dictatorial, on aurait dû avoir une relation plus équilibrée avec les autres partis dans ce nouveau paysage, à savoir le pouvoir de choisir ».

Et de poursuivre: « En 2014, les Tunisiens ont fait le choix de  donner une chance au parti Nidaa Tounes, qui malheureusement ne s’est pas montré à la hauteur de leurs attentes. Aujourd’hui, il y a rupture totale de confiance,  mais plus encore c’est l’effet boomerang. Du moment que la confiance est rompue, nous aurons un taux élevé d’abstention de vote pour les prochaines élections ». 

Et d’ajouter: « Sanctionner les autres partis veut dire sanctionner le pays. Après, il va falloir du temps pour sortir de l’émotionnel et aller vers le rationnel. Et c’est à l’Etat de changer cette réalité. Quand on essaie de comprendre les élections américaines,  pourquoi les Républicains ont-ils choisi Trump comme candidat, on se rend  compte qu’ils avaient besoin d’une personnalité qui ne suive pas l’establishment. Je pense que lors des élections de l’année 2019, nous risquons d’avoir des résultats pires que ceux de  2011″.

Elle conclut: « Cela va être difficile pour cause d’absence de crédibilité et de cohérence. Or les Tunisiens veulent du courage,  de l’audace et de la transparence. Et c’est au gouvernement et aux partis politiques de les écouter ».

[raside number= »3  » tag= »Chettaoui « ]

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here