IRI: la corruption est la préoccupation majeure pour 89% des Tunisiens

l'anti-système
L'anti-système sort-il grand vainqueur de la présidentielle?

Le volet économique, la lutte contre la corruption, l’intention de vote sont les thèmes abordés par le centre relevant de l’Institut Républicain International (IRI) qui a réalisé une nouvelle enquête quantitative. Ce sondage a été effectué sur un échantillon national de 1226 Tunisiens âgés de 18 ans et plus dont les données ont été collectées du 11 au 17 août 2017.

Le premier volet a porté sur l’état des lieux de l’économie tunisienne et le phénomène de la corruption qui gangrène la société. 87% des Tunisiens décrivent la situation économique comme étant “mauvaise”, et  « très mauvaise » pour  61% des sondés.  Alors que 44% des répondants disent que le chômage est le plus grand problème du pays, suivi de l’économie et la crise financière à 24%.

Par ailleurs, 72% des sondés soulignent que la lutte contre la corruption est le meilleur moyen pour améliorer l’économie. 59% des sondés voient que les collectivités locales permettraient l’employabilité. Ce qui permet d’améliorer l’opportunité pour les entrepreneurs à créer leur entreprise pour le bien de leur commune.

Mais le chiffre le plus élevé du sondage est la corruption qui demeure la préoccupation majeure des citoyens avec 89%. En effet, ils affirment que la corruption s’est multipliée après le 14 janvier. Alors que 46% des Tunisiens voient que les pistons (« el wasta ») sont aussi une préoccupation majeure.

Quant à l’intention de vote pour les élections municipales, cela demeure faible. En effet, 50% des sondés pensent que les votants ne seront pas nombreux. Alors que  83% des répondants ne savent pas à quel parti ils accorderaient leur vote si les élections étaient tenues demain.

D’après Scott Mastic, Directeur Régional pour l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient, il s’agit d’un sondage qui renforce une nécessité vitale de résoudre les problèmes les plus préoccupants des Tunisiens : la corruption et l’économie. Il conclut: « Nos résultats renforcent le besoin de faire face à la corruption au niveau local et national ».

Rappelons que ce sondage a été mené pour le compte du Centre de l’Institut Républicain International (IRI) pour les sondages par la société tunisienne ELKA Consulting, sous la supervision de Chesapeake Beach Consulting.

[raside number= »2″ tag= »Corruption « ]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here