Crise dans le Golfe : quel positionnement pour la Tunisie?

Alaya Allani L'Economiste Maghrébin

Alaya Allani, historien et chercheur à la Faculté des Lettres de la Manouba, analyse pour les lecteurs de leconomistemaghrebin.com la crise diplomatique qui secoue le Qatar et donne des pistes de réflexion pour un meilleur positionnement stratégique de la Tunisie par rapport aux pays du Golfe.

La crise du Qatar  pourrait avoir des retombées positives ou négatives sur la Tunisie. Cela dépendra du choix qui sera fait par la diplomatie tunisienne, d’après le spécialiste. Pour cela, il est nécessaire d’avoir une vision claire,  insiste-t-il.

Dans le même contexte, il a rappelé que la Tunisie se trouve face à deux problèmes : Le premier est relatif à l’absence d’investissements des pays du Golfe et le deuxième est l’absence d’un rôle déterminant sur  la scène libyenne depuis le démarrage de la solution politique et bien que nous ayons une frontière commune. Ce qui n’est pas le cas de l’Egypte qui s’est bien activée sur la scène libyenne.

D’après l’historien, « nous n’avons pas pris suffisamment la mesure des changements politiques qui s’opèrent en Libye, notamment  la mise au pas des rebelles armés et l’option de la solution pacifique », précise-t-il. Pour lui ceux qui ont un avenir en Libye sont ceux  qui se sont rapprochés du régime égyptien surtout que Hafter et le chef du gouvernement égyptien al-Sarraj sont sur la voie du consensus.

« De plus, la diplomatie tunisienne doit être claire en ce qui concerne la lutte contre le terrorisme et puisqu’elle fait partie d’une coalition arabe de lutte contre le terrorisme, elle doit respecter ses recommandations. D’autre part, si nous voulons faire revenir les investisseurs des pays du Golfe en Tunisie, nous devons devenir actifs dans le groupe des pays du Golfe sans entrer dans les polémiques.  Puisque la coalition contre le terrorisme considère que les Frères Musulmans sont une caste indésirable», avance-t-il.

Alaya Allani a  indiqué qu’il ne faut pas se lancer dans la polémique . Il est à rappeler que le ministre des Affaires étrangères Khemaies Jhinaoui est revenu récemment sur la prise de position de la Tunisie en ce qui concerne le conflit déclarant que la Tunisie a toujours été contre la division et a espéré par ailleurs que les pays du Golfe arriveront à surmonter leurs problèmes.

Faut-il aussi rappeler que 24.000 Tunisiens exercent au Qatar. Ces Tunisiens sont des compétences qualifiées dans plusieurs spécialités comme la santé, l’enseignement et autres. Le président de l’Assemblée des représentants du peuple a adressé une lettre aux Tunisiens vivant au Qatar leur disant que les autorités suivent de près leur situation et que le ministre des Affaires étrangères sera auditionné à l’ARP à leur sujet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here