Quand l’insertion professionnelle fait ses preuves

Emploi

Invité par le think tank Cercle Kheireddine,  l’universitaire Karim Ben Kahla a présenté  l’expérience de son association Nouvelle Chance en matière de lutte contre le chômage  et d’insertion professionnelle et sa vision sur la problématique du chômage en Tunisie.

L’expérience a bel et bien fait ses preuves puisque le taux d’intégration des jeunes a atteint entre 70  et 80% de diplômés au chômage  ainsi que des étudiants exclus des établissements universitaires.

A travers un programme de formation en communication et en soft skills, l’apprenant se dote des outils nécessaires pour mieux affronter le marché du travail et apprendre à retrouver la confiance en lui-même. Dans le même contexte, il a fait savoir que  la réforme doit commencer  au sein de l’université afin qu’elle puisse donner aux entreprises des étudiants employables.

L’expérience a pu mobiliser plus de 200 coachs et enseignants universitaires qui œuvrent dans le cadre du bénévolat pour donner une nouvelle chance aux  diplômés.

L’intervenant a souligné l’importance  d’offrir une nouvelles chance aux exclus des établissements universitaires «  pour qu’ils n’empruntent  pas d’autres chemins », fait-il savoir.  Notons que l’expérience a été lancée en 2015 à  l’ESC, ISET Nabeul, ISET Bizerte, et se poursuit actuellement.

Article précédentUn centre pour « décrocher » de l’internet en Algérie
Article suivantPour un modèle de développement tunisien renouvelé
Avatar photo
De formation littéraire, Hamza Marzouk travaille à l’Économiste Maghrébin depuis 2011. Il suit de près les mouvements sociaux, sous toutes leurs formes depuis 2011.Les droits socioéconomiques sont son domaine de prédilection. De même, il s'intéresse au monde de la culture et de l'art plus particulièrement : entrepreneuriat culturel et le cinéma tunisien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here