Bassel Torjeman : la stratégie des Frères musulmans

L’analyse des deux derniers événements, particulièrement les attentats de dimanche contre deux églises coptes, l’une à Tanta, et l’autre en Alexandrie, en Egypte, qui ont fait  plus de 44 morts et plus d’une centaine de blessés ou encore les frappes américaines sur la base aérienne syrienne de Shayrat mettent en évidence des jeux politiques dans l’échiquier mondial. Pour comprendre les enjeux et les conséquences, Bassel Torjeman, expert stratégique des organisations terroristes dans le Grand Maghreb, livre son analyse.

Selon lui, ce qui s’est passé  en Egypte montre une fois de plus  la stratégie des frères musulmans en collaboration  avec Qaïda et Daech de s’attaquer au régime de Sissi. Il précise: “Il s’agit d’un message de menace que veulent transmettre les Frères musulmans à Sissi, à savoir cibler les 10 millions de Coptes.  Il s’agit d’un plan pour anéantir les relations diplomatiques de Sissi  avec les chefs d’Etats du monde, à titre d’exemple la visite de Sissi à Washington, la rencontre de Merkel  avec Sissi en Egypte. Et là, cela montre la fin de l’isolement du régime égyptien aux autres pays.

« Or le plan d’attque des Frères musulmans est de  pousser le régime  égyptien à réagir dans l’autre sens,  négativement, infliger la peine de mort aux prisonniers, comme Morsi and Co car ils n’ont plus de rôle à jouer dans leur nouveau plan”, ajoute-t-il. Il souligne: “La réaction de Sissi jusqu’à maintenant est une réaction très équilibrée,  la mise en place de l’état d’urgence”.

Et de poursuivre: « Quant aux réactions en Tunisie, “ je me pose la question et je m’aderesse à Marzouki qui n’a pas réagi, lui qui se dit un militant des droits de l’Homme ».

Le cas de la Syrie

M. Torjeman a souligné: “Ce qui s’est passé en Syrie est totalement différent. Washington n’est pas concerné ni par la chute du régime el Assad, ni par l’entrée en guerre car elle sait d’avance qu’elle ne va pas la gagner et on peut en conclure  depuis l’invasion de l’Irak en 1991. Cela fait 27 ans que les USA sont en guerre sans avoir gagné”.

« Or l’armée syrienne a plus d’expérience au bout de 7 ans, mais plus encore elle répondra avec force et condamnera les premiers acteurs qui ont voulu contribuer à sa chute, à savoir la Turquie, l’Arabie Saoudite, le Qatar, sans oublier Israêl, qui protège les dirigerants de Daech, Jebhet Nosrra à Tel Aviv, en leur fournissant de la protection, des équipements, et du financement », conclut-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here