L’entrepreneuriat dans tous ses états

Le coup d’envoi a été donné ce matin à la 4ème édition du Salon de l’Entrepreneuriat qui se déroule les 22 et 23 février au siège de l’UTICA. leconomistemaghrebin.com y était…

 Skander Haddar, l’organisateur du salon, a considéré que la quatrième édition connaît un certain nombre d’améliorations et de nouveautés par rapport à la troisième édition.  Au niveau du format, les espaces d’accueil ont été aménagés afin d’accueillir  davantage de visiteurs.

En ce qui concerne le contenu et notamment les workshops de cette quatrième édition, ces derniers sont d’actualité et sont supervisés par des experts. De même, la parole a été donnée aux jeunes pour qu’ils s’expriment et parlent de leurs soucis, réussites et aventures entrepreneuriales devant un public à leur écoute.

Pour la première fois, le salon a prévu l’organisation d’un concours qui cible les entreprises existantes depuis deux ans et qui ont pu réaliser un chiffre d’affaires de 200 mille dinars. Ces chefs d’entreprise vont pitcher  leur projet d’extension devant un jury spécialisé.

Les visiteurs du salon sont de deux catégories, d’après Skander Haddar : la première ce sont les jeunes étudiants à la découverte du monde de l’entrepreneuriat, ce qui est intéressant étant donné que la passion de l’ entrepreneuriat commence par la sensibilisation, considère-t-il.

De son côté, Sayida Ounissi, secrétaire d’Etat à la Formation professionnelle en charge de l’initiative privée, a indiqué que le ministère travaille sur deux grands projets, à savoir le programme Forsati  qui consiste en la préparation des jeunes au marché de l’emploi et d’assurer l’accompagnement après la réalisation du projet. Les langues et les soft skills sont assurés dans le cadre de ce programme. La secrétaire d’Etat a fait savoir que le début du mois de mars prochain connaîtra l’annonce de la stratégie nationale relative à l’initiative privée.

L’initiative ciblera la simplification des procédures administratives, ce qui permettra d’éviter les longues démarches administratives pour les jeunes entrepreneurs.

Dans ce cadre, elle a fait savoir qu’une plateforme contenant toutes les procédures nécessaires pour le lancement d’un projet  a été mise en ligne. Pour ce qui est des banque de financement public,  le gouvernement est en train de revoir son rôle pour plus d’efficacité : «Désormais les projets  financés sont ceux à forte valeur ajoutée surtout l’économie numérique », affirme-t-elle.

Dans une déclaration accordée aux médias, le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique, Slim Khalbous, a indiqué pour sa part que le ministère participe à l’introduction de l’esprit entrepreneurial dans les universités. Pour lui, l’esprit entrepreneurial, et l’initiative privée sont au cœur de la réforme universitaire. Il a indiqué que le chef d’entreprise exige de l’université l’innovation et le travail collectif.

Le ministère a lancé une nouvelle initiative intitulée les 4C, pour l’amélioration de l’employabilité des jeunes diplômés avant qu’ils ne sortent sur le marché du travail. Le projet 4C existe dans 30 établissements universitaires.

Adressant la parole aux jeunes entrepreneurs, le patron de Sigma Conseil Hassen Zargouni a adressé ses conseils pour ceux et celles qui veulent se lancer dans l’ entrepreneuriat. Pour lui l’entrepreneur doit maîtriser les langues,  notamment la langue anglaise d’autant que sur le web 37% du contenu uniquement sont en langue française, le reste est en anglais qui gagne du terrain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here