Enseignement : toujours de la pression sur Néji Jalloul

Le Syndicat général de l’enseignement secondaire et celui de l’enseignement primaire  maintiennent  la pression sur le ministre de l’Education, Néji Jalloul.

Quatre décisions ont été annoncées aux médias, aujourd’hui, lors d’une conférence de presse, tenue au siège de la Centrale ouvrière à Tunis.  Il s’agit de boycotter le championnat scolaire sportif dans tous les établissements scolaires, entamer une série de sit-in dans les locaux des délégations régionales de l’Education  et ce à partir d’aujourd’hui 20 février jusqu’au 24 février, une grève générale sur les lieux du travail pendant toute la journée du 22 février et  un rassemblement général devant le siège du ministère de l’Education, en date du 1er mars.  Une commission administrative suivra de près l’exécution des décisions.

Les deux syndicats protestent contre le projet de l’Office des services scolaires et «  les nominations louches au sein de cet établissement ». De même,  ils accusent le ministre d’être derrière les perturbations dans les établissements scolaires à cause «  des décisions improvisées qui n’ont rien à voir avec l’esprit de la réforme de l’éducation ».

En outre, les deux syndicats contestent  les permutations opérées par le ministre pendant les vacances scolaires « sans aucun critère, ni références juridiques ou humaines ». Dans le même contexte, les deux syndicats pointent du doigt le ministère de la Jeunesse, des Sports et de l’Education physique  «  qui n’a pas honoré ses engagements en ce qui concerne les promotions professionnelles, entre la révision du statut des professeurs de sport »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here