UGTT : l’Etat est tenu de renflouer les caisses sociales régulièrement

réserves des caisses sociales

Le secrétaire général adjoint chargé de la Sécurité sociale à l’UGTT, Abdelkrim Jrad, a affirmé à leconomistemaghrebin.com, lors du 23ème congrès de la centrale syndicale, que l’UGTT s’est bien préparée pour mener des négociations sur la situation des caisses sociales.

Le premier pas vers la résolution de ce dossier serait un diagnostic unanime entre les différents intervenants dans la crise des caisses sociales. « Si nous parvenions à un diagnostic unanime avec tous les intervenants, nous réaliserions un pas important étant donné que la solution à la crise des caisses sociales ne peut être trouvée que collectivement », explique-t-il.

 » Car, poursuit M. Jrad,  il faut examiner  toutes les propositions  sous l’angle de leurs répercussions aussi bien au  niveau économique et social que sur les politiques de l’emploi. En effet, le programme des réformes structurelles mis en place dans les années 90 a eu des répercussions désastreuses sur la CNRPS. Etant donné que cette caisse s’est trouvée dans l’obligation de payer les pensions des fonctionnaires partis à la retraite de manière anticipée.  Ce qui,  déjà à l’époque, en 1996, l’avait mise en déficit. ».

En ce qui concerne la retraite anticipée dans le secteur privé, notre interlocuteur a fait savoir que 20% des ouvriers qui quittent le font pour des raisons matérielles et ce sont autant de cotisations perdues pour la caisse.   «  Autrement dit, les caisses sociales sont, d’une part, en train de perdre des cotisations et doivent, d’autre part, honorer leurs engagements avec les nouveaux et anciens retraités», explique-t-il.

Par ricochet, la baisse du nombre des actifs,  suite à ces départs massifs, ne pouvait que creuser davantage le déficit des caisses sociales.  C’est pourquoi, afin de pallier à ce grave inconvénient, notre interlocuteur  recommande de changer le modèle de développement  pour créer suffisamment de postes d’emploi qui iront renflouer les caisses sociales. «  Rares sont les pays qui ne financent pas les caisses sociales et la Tunisie en fait partie », fait-il remarquer.

Fort heureusement, informe-t-il, «  dans le cadre de la loi de finances pour 2016, l’Etat a décidé, à titre exceptionnel, d’allouer 600MDT aux caisses sociales et 500MDT dans le cadre de la loi de finances 2017. Il faut espérer que ces interventions deviennent régulières pour réequilibrer les finances de la sécurité sociale. »,  conclut-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here