JCC 2016 : ce qu’il faut retenir de la 27e édition

Voici que l’édition 2016 des Journées cinématographiques de Carthage a dévoilé ses secrets, lors de la cérémonie de clôture tenue samedi, 5 novembre au Palais des congrès à Tunis. Retour sur une édition des plus controversées.  

Au bonheur du cinéma tunisien deux films ont  remporté le Tanit d’or. Il s’agit de « Zeineb n’aime pas la neige » de la réalisatrice Kaouther Ben Hnia, dans la catégorie compétition officielle long métrage et « The last of us » d’Alaeddine Slim, dans la catégorie première œuvre.

D’ailleurs les séances dédiées à la projection de ces deux films ont drainé la foule des grands jours et se sont dérouléés à guichets fermés.  Par ailleurs, le comédien tunisien Majd Mastoura a remporté le prix de la meilleure interprétation masculine dans la catégorie compétition première œuvre pour son rôle dans le film « Nhebek Hédi ». Suite à la remise du Tanit il a improvisé un bref mot digne d’un hymne à la jeunesse.

Quand les larmes d’une actrice algérienne  interpelle le ministre des Affaires culturelles

L’actrice algérienne Bahia Rachedi a diffusé une vidéo dans laquelle elle se lamane, en larmes, et accuse les organisateurs des JCC 2016 d’avoir été irrespectueux vis à vis de la Délégation algérienne et de leur avoir réserver des chaises  au fond de la salle, raison pour laquelle elle a quitté la cérémonie de clôture.

A peine la vidéo a-t-elle été diffusée que les réseaux sociaux se sont enflammés et les internautes algériens ont montré beaucoup de sympathie et de compassion envers leur compatriote surtout que l’actrice a indiqué qu’elle ne s’attendait pas à une réaction pareille.

Alors que le directeur du festival était  censé présenter des excuses officielles, chose qui n’a pas été faite, le ministre des Affaires culturelle Mohamed Zine Elabidine s’est entretenu avec l’actrice algérienne pour la consoler et rectifier le tir. D’ailleurs, au-delà des excuses du ministre tunisien,  il a été décidé d’accueillir la même délégation algérienne prochainement à Tunis.

Encombrement : fausse note du festival et bête noire des cinéphiles
Alors que la direction des JCC 2016 a mis en place une application permettant de réserver  le ticket pour les projections choisies par les cinéphiles, à notre grande surprise, nous avons constaté que l’application n’a pas fonctionné, et ce,  à maintes reprises.

L’application aurait dû être testée et perfectionnée avant même le début du festival. A deux reprises, nous nous sommes présentés pour réserver une place. Le guichetier nous répond :  «  Le réseau  n’est pas fonctionnel ».

Bien évidemment, cela a eu des répercussions négatives sur les projections à l’instar de l’avant-première du film tunisien « Thala mon amour » projetée au Colisée :  la salle était archicomble et plusieurs cinéphiles se sont  trouvés dans l’obligation de regarder le film  debout ou entre les chaises de la salle. Le même scénario pratiquement s’est déroulé pour le film « Augustine : l’enfant de ses larmes » (encombrement,  disparition immédiate des tickets vers 12h et chaleur suffoquante dans la salle).

Résoudre le problème de l’encombrement notamment pour les films tant attendues et retravailler l’application dédiée à la réservation des tickets en coordination avec le nombre des tickets disponibles devraient être les priorités  de la prochaine édition.

Lotfi Abdelli VS Adel Imam : le clash était-t-il nécessaire ?
Aux mots mesurés et calmes du comédien Adel Imam s’opposent un comportement irrespectueux et hostile du jeune comédien Lotfi Abdelli. Alors que le premier a prononcé un bref mot rappelant les sommités du cinéma égyptien et son parcours historique et a adressé ses remerciements à la direction du festival, Lotfi Abdelli a  déclaré contre toute attente du public «  Si l’Egypte est la mère du cinéma, la Tunisie est son père !! ». Ainsi le jeune acteur a  crée une fausse note avec son intervention.

Les jurys ayant délibéré ont donné  les résultats suivants :

COMPETITION OFFICIELLE LONGS METRAGES

Tanit d’or

« Zeineb n’aime pas la neige » de Khaouther  Ben Hnia de Tunisie

Tanit d’argent

« Clash » de Mohamed Dhiab d’Egypte

Prix spécial jury

«  The revolution won’t be televised » de Rama Tiwa du Sénégal

Tanit de bronze

« 3000 nuits » de Mai Massri de Palestine

Meilleur montage :  Ahmed Hafez pour le film « Clash »

Meilleure image :   Ahmed Jabr  toujours pour le film « Clash »

Meilleure musique :  groupe Chkrrr film « Chouf »

Meilleur scenario : Mai Massri  « 3000 nuits »

Meilleure interprétation féminine

Oulaya  Amamra

Deborah Lukumuena

Film «  Divines »

Meilleure interprétation masculine

Foued Nabba pour le film « Chouf »

 COMPETITION PREMIERE OEUVRE

Tanit d’or

« The last of us » de Alaeddine Slim  Tunisie

Tanit d’argent

« Maintenant ils  peuvent venir  » de Salem Brahimi  d’Algérie

Prix spécial du jury

« This little father obsession » de Salim Mourad du Liban

Meilleure interprétation féminine 

Noufissa  Benchida pour le  film « 1 mile dans mes chaussures » du Maroc

Meilleure interprétation masculine

Majd Mastoura film « nhebek Hedi » de Tunisie

        COMPETITION COURTS METRAGES

Tanit d’or

« Marabout » de Alasan Sy du Sénégal

Tanit d’argent

« Silence » de Chadi Aoun de Liban

Tanit de bronze

« Place for my self » de Dusabejambo Marie-Clémentine du Rwanda

CARTHAGE CINE PROMESSE

Tanit d’or

« The guilt probability » de Michael Labarca du Venezuela

Prix spécial du jury

« La rue de l’espoir » de  Mohamed Echkouna de Mauritanie

Mention spéciale

« Life’s eye » de Wafa Hussein  d’Egypte

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here