La crise à Nidaa Tounes prend une nouvelle tournure

Nidaa Tounes crise L'Economiste Maghrébin

Une fois de plus, la crise à Nidaa Tounes est devenue plus profonde. Cela revient à dire que tout se joue sur des décisions qui se trouveraient nécessairement influencées par les comportements de quelques dirigeants.

Depuis la proposition du comité exécutif de désigner le chef du gouvernement Youssef Chahed comme président du comité politique du parti, lors de la  réunion du dimanche 18 septembre sur le thème « Journée parlementaire du parti Nidaa Tounes », rien ne va plus entre les membres des comités politique et exécutif qui ne parviennent pas à dégager un consensus clair.

En cause, ce que certains relèvent comme une mainmise sur le parti, se référant au retour des vieilles pratiques, a fait savoir Ridha Belhaj, membre du comité politique de Nidaa Tounes, dans une déclaration aux médias; en soulignant que Hafedh Caïd Essebsi, directeur exécutif du parti a tenté de renverser les structures du parti, et ce dans le but d’ajouter  d’autres membres au comité politique, sans consulter aucun des dirigeants et sans passer au vote. Selon lui, il s’agit d’une manœuvre putschiste.

« Faire participer le gouvernement, au moment où le pays est confronté à d’énormes défis sécuritaire, politique et socio-économique, est inapproprié à l’heure qu’elle est », révèle-t-il.

Autrement dit, le chef du gouvernement ne devrait en aucun cas intervenir, du moment que le parti a décidé depuis longtemps de séparer les responsabilités du gouvernement et de celles du parti, chacun devant faire cavalier seul.

Qu’en pensent les autres membres? Hela Omrane, députée de Nidaa Tounes répond qu’il ne s’agit que d’une idée, une proposition, en aucun cas d’une décision finale.

D’après Mme Omrane, il y a des gens qui veulent manipuler pour leurs propres intérêts. « Si chacun suggère une proposition et qu’on en fasse une polémique, nous ne pourrons pas non plus avancer », renchérit-elle.

Face à ces points de divergences, certains membres comme Naceur Chwaikh, ou encore Faouzi Elloumi, Moncef Sellami, Ridha Belhaj ont appelé à une autre réunion d’urgence. Réunion du comité politique qui devrait se tenir cette semaine.

Par ailleurs, Taieb Baccouche et Lazhar Akremi, après une absence remarquée, ont effectué leur retour à cette occasion.

Nidaa Tounes n’est pas à sa première crise interne. Depuis plus d’un an, on ne sait plus sur quel pied danser. Entre l’appel à l’unité ou à la division, la crise est définitivement déclarée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here