Le gouvernement Chahed ou les trois épines à extirper

A peine le gouvernement Youssef Chahed a-t-il pris les rênes du pouvoir que de terribles épreuves ont commencé. Trois épreuves qui confirment que le terrorisme, les régions défavorisées et la crise du phosphate sont les trois épines plantées dans le flanc du gouvernement actuel. A quand  l’extirpation des épines qui font mal   ?

Le spectre du terrorisme : j’y suis et je frappe à des dates symboliques

L’accord de Carthage avait indiqué que la lutte contre le terrorisme figurait en tête des priorités du gouvernement d’union nationale. La succession des frappes terroristes depuis 2011 font que  la lutte contre le terrorisme est devenue la priorité des priorités.

Cependant, tout au long de  la période estivale et notamment la période de Ramadan, nous nous sommes félicités des réussites sécuritaires où nos valeureux soldats et forces de l’ordre ont pu  sécuriser le pays.

Détrompons-nous . La lutte contre le terrorisme est une lutte de longue haleine et la lâche attaque de Kasserine de lundi dernier, 29 août, jour de la passation de pouvoir, le prouve bien.

Le phosphate : quand une richesse nationale se transforme en malédiction

Aucun gouvernement (sept gouvernements)  de l’après-14 janvier 2011 n’a pu réaliser un véritable pacte social à Gafsa, une trêve qui permette la relance de la production de phosphate.  Conséquence : les trois unités de production sises dans le gouvernorat de Gafsa sont à nouveau paralysées et ce  depuis  le 29 août.

Il est clair que s’il y a des protestations, il y a quelque part des problèmes qui persistent parce qu’ils n’ont pas été solutionnés. Les jeunes de Gafsa, notamment les chômeurs,  soutiennent qu’il  est inconcevable qu’ils regardent chaque jour des tonnes de phosphates sortir de leur ville alors que personne ne daigne porter un regard à leur malaise.
Il fut  un  temps  où  la Compagnie des Phosphates de Gafsa  faisait office d’Etat providence dans le gouvernorat, chose qui n’est plus possible aujourd’hui.

Le président provisoire de la République Moncef Marzouki avait proposé en 2012 qu’un pourcentage des revenus du phosphate soit accordé au développement régional de Gafsa.  La même proposition a été lancée récemment par Rached Ghannouchi  qui,  lors d’une récente visite à  Gafsa, a renouvelé le même appel.

C’est aux économistes de répondre si cette proposition fait partie de la surenchère politique ou  si elle est réalisable.  Pour l’heure, l’aboutissement à une solution efficace qui arrange tout le monde ne semble pas pointer à l’horizon,  loin s’en faut. En attendant,  les pertes s’accumulent, et la rage des jeunes dans un gouvernorat laissé-pour-compte  va crescendo, et l’écart entre les régions  se creuse davantage.

L’absence d’infrastructure est une facette du mépris et de la marginalisation économique

Le terrible accident survenu à Kasserine hier a bel et bien montré qu’il existe une défaillance  considérable en matière d’infrastructure sanitaire, mettant de nouveau à nu la désespérante marginalisation de la région.

La chaîne privée Nessma a  diffusé en direct les appels de détresse des victimes de l’hôpital régional de Kasserine.

Au vu des nombreuses attaques terroristes, cette zone  étant manifestement chaude, ne serait-il pas urgent de transformer l’hôpital régional de Kasserine en  un hôpital militaire pourvu de tous les équipements nécessaires pour éviter que l’on soit obligé de recourir aux hôpitaux de régions éloignées et de  mettre ainsi en danger les jours des patients  ? », s’interrogent certains.

Malheureusement,  l’accident a confirmé,  encore une fois, qu’il existe une santé à deux vitesses. La qualité des soins n’est pas la même entre les régions et les citoyens ne sont pas égaux même devant la mort.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here