Les priorités de l’Utica pour la relance économique

réformes économiques - L'Economiste Maghrébin

A la suite de la réunion, le 28 juin à la Présidence de la République, consacrée à l’initiative présidentielle pour la formation d’un gouvernement d’union nationale, l’Union tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (Utica) a présenté un mémorandum des priorités pour le prochain gouvernement.

Bureau UticaL’Utica a rappelé que la Tunisie est confrontée à une crise  économique sans précédent. « Cette situation ne peut durer. La prise de mesures appropriées pour sauver le pays est l’urgence du moment. Toutes les parties prenantes devraient avoir conscience de la gravité de la situation et son impact sur l’avenir du pays », lit-on dans le mémorandum de l’Utica.  Et d’ajouter que la Tunisie a, plus que jamais, besoin d’une véritable  unité nationale autour d’ un programme de travail urgent dont les priorités sont :

  • Dire la vérité aux Tunisiens quant à la situation du pays notamment les difficultés économiques et les pressions sur les équilibres budgétaires
  • Renforcer le rôle de l’Etat pour faire face aux dépassements et l’application de la loi
  • Conclure un accord entre les différentes parties du dialogue national dans le cadre d’une approche participative pour stabiliser le climat social durant une période de deux ans afin d’assurer la continuité de la productivité
  • Faire face à la baisse de la productivité et reconsidérer la valeur travail
  • Assurer la continuité des services publics et des établissements logistiques liés aux activités économiques
  • La nécessité du retour à la normale des activités minières et pétrolières
  • Faciliter davantage la réalisation des projets publics et privés bloqués notamment dans les régions intérieures du pays.
  • Accélérer l’adoption d’une loi spécifique qui permette au gouvernement d’adopter les décrets nécessaires pour la relance économique et la mise en place des réformes prioritaires
  • Accélérer la mise en place des réformes économiques urgentes, réexaminer la loi relative au partenariat public-privé, adopter le nouveau Code de l’investissement et réformer le système fiscal tunisien
  • Mettre en place un programme spécifique pour accélérer le développement régional
  • Encourager les exportations
  • Mettre en place une stratégie nationale sectorielle à court et à moyens termes pour les secteurs clés de l’économie nationale
  • Lutter contre l’économie informelle et la contrebande et l’intégrer dans l’économie réelle
  • Traiter au sérieux le déficit budgétaire et le déficit des caisses sociales
  • Lutter contre la corruption
  • Faire participer tous les Tunisiens à la lutte contre le terrorisme
  • Améliorer la communication intérieure et extérieure
  • Revoir la composition du gouvernement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here