«Notre objectif est de devenir un opérateur majeur de la Méditerranée du Sud »

La sérénité se lit dans son regard. Nizar Bouguila ne cache pas sa satisfaction. Mais il se garde de tout triomphalisme et fait même preuve d’une grande humilité qui en dit long sur son trait de caractère. Pourtant, l’opération de rachat de Go Malta fera date dans le développement du management national. Il fallait du courage, de l’audace même, une vision éclairée du secteur, une sacrée as­surance, une confiance sans faille et une haute opinion de TT, l’entreprise qu’il dirige, de ses cadres et de ses moyens pour se porter acquéreur d’un opérateur historique solidement établi de l’autre côté de la Méditerranée. Il faut oser pour vaincre ! Il l’a fait et a sans doute ouvert une brèche pour nos groupes industriels en quête de croissance externe. Avec en prime la naissance ici même d’un véritable champion national. Interview.

Tunisie Telecom vient de racheter l’opérateur GO Malta. Pouvez-vous nous donner les détails de cette opération ?

L’opération de rachat de l’opérateur GO Malta s’inscrit dans le cadre d’une démarche globale qui a commencé par la mise en place du plan stratégique de Tunisie Télécom fin 2015. Nous avons adopté une vision dans laquelle Tu­nisie Télécom devient un opérateur de services numériques. La première action visible dans ce contexte était le re-branding. Notre objectif était de faire évoluer l’image de Tunisie Télé­com et d’être encore plus proche de notre clientèle, notamment les jeunes. Nous avons par ailleurs mis l’accent sur le développement des applications du contenu avec le lancement de IC­FLIX.

Notre plan de développement straté­gique prévoit, en outre, un dévelop­pement de l’opérateur historique à l’international et dans son environne­ment. Vous savez que nous évoluons dans un secteur d’économie d’échelle par excellence. Pour améliorer notre rentabilité et réduire nos coûts uni­taires, nous avons besoin d’un effet de taille qu’on ne peut pas retrouver sur le marché local uniquement. Notre stratégie est donc de consolider notre position dans une démarche de crois­sance externe afin d’acquérir cet effet de taille. Et notre environnement na­turel pour évoluer est le bassin médi­terranéen. Notre objectif est de devenir un opérateur majeur de la Méditerra­née du Sud. Dans ce registre, l’opéra­teur de télécommunications GO Malta représentait une occasion unique qu’il fallait saisir. Tunisie Télécom a partici­pé à cet appel d’offres en vue d’acqué­rir une majorité de contrôle au sein de l’opérateur maltais.

Le choix de GO Malta s’inscrit-il dans le cadre d’un alignement stra­tégique avec cet opérateur ?

Tout à fait. GO Malta est l’opérateur historique maltais. Il est présent sur tous les segments de services de télé­communications : fixe, mobile, Inter­net, contenu et télévision (sur IP et sur mobile). Ils font aussi de la 4G et de la fibre optique vers l’abonné comme nous. Il y a donc des synergies fortes à réaliser dans les différents domaines : marketing, achats, etc. Pour sa part, GO Malta va bénéficier de l’échelle, de la capacité de négociation et du sa­voir-faire de Tunisie Télécom. Notre objectif est de créer cet effet accéléra­teur pour Tunisie Telecom en collabo­ration avec son nouveau partenaire.

Cela dit, il y a eu par ailleurs des opérations de rachat de ce type qui n’ont pas bien marché et où l’effet de synergie ne s’est pas produit…

Notre mission est de s’assurer que latransition se fasse dans les meilleures conditions. Nous disposons au sein de GO Malta d’un management profes­sionnel et mature qui réalise chaque année des résultats conformes à ses ob­jectifs. L’opérateur maltais est par ail­leurs coté en Bourse. Nous allons donc travailler avec le management de GO Malta pour développer notre activité.

Etant donné que GO Malta est coté en Bourse, l’OPA en question ne doit-elle pas être soumise à cer­taines conditions réglementaires ?

Nous devons lancer une OPA volon­taire en Bourse selon les règles de droit maltais. Notre intention est de garder la société en Bourse. Cela dépend bien évidemment de la volonté des action­naires. Mais notre volonté est de tra­vailler avec les investisseurs maltais pour que GO Malta se développe sur le marché boursier.

Suite à cette opération, quels sont les changements envisageables au niveau managérial chez Tunisie Té­lécom ?

Il y aura au sein du conseil d’admi­nistration de GO Malta des adminis­trateurs nommés par Tunisie Telecom. Au niveau de l’équipe de direction, nous allons travailler en continuité avec le management en place et l’ap­puyer par des experts selon les besoins de GO Malta.

Comment sera effectué le finan­cement de cette opération ?

Le financement sera réalisé par le biais d’un prêt syndiqué sur le marché international. Plusieurs banques inter­nationales que nous avons sollicitées ont exprimé leur intérêt de participer au schéma de financement de l’opéra­tion. Nous avons ainsi constaté un ap­pétit pour le financement d’opérations tunisiennes. Cela constitue un signal positif pour notre pays. J’ajouterais que les taux accordés sont très compétitifs.

Tunisie Telecom représente un bon risque chez les milieux finan­ciers internationaux !

Je dirais que cette sortie réussie de Tunisie Telecom sur le marché inter­national prouve la capacité de la Tu­nisie à créer des champions nationaux qui peuvent se positionner sur diffé­rents pays. Il est à noter dans ce cadre que GO Malta est également présent en Grèce à travers un opérateur im­portant. Nous avons par ailleurs pris toutes les garanties nécessaires pour protéger notre investissement.

Vous venez d’ouvrir une brèche, mais l’internationalisation de nos entreprises serait beaucoup plus fa­cile si elle était précédée ou accom­pagnée par celle de nos banques dans nos propres frontières.

Nous espérons que d’autres grandes entreprises tunisiennes nous emboîte­ront le pas et feront pareil. Notre pays regorge de potentialités importantes, qui peuvent être déployées à l’étran­ger. Dans ce contexte, j’estime que les banques tunisiennes devraient faire preuve d’audace et s’internationaliser. Elles pourront alors accompagner les entreprises tunisiennes désireuses de s’implanter en dehors du territoire na­tional. Il faut donc oser !

Maintenant que vous êtes posi­tionnés à l’international et que les regards sont tournés vers Tunisie Telecom, vous savez très bien que les investisseurs vont accorder une grande importance à l’organisation et à la structure de votre entreprise. Pouvez-vous nous donner quelques éléments sur la restructuration en cours chez Tunisie Telecom ?

La restructuration de Tunisie Te­lecom avance bien et nous aurons de très bonnes nouvelles à annoncer sur le sujet prochainement.

Votre partenaire stratégique est déjà présent au sein des participa­tions de GO Malta. Certains ana­lystes pensent que cela a joué en votre faveur dans cette OPA. Qu’en pensez-vous ?

Il y avait au départ une manifesta­tion d’intérêt de plus d’une vingtaine de candidats. Il y a eu par la suite une remise de plusieurs offres. Et puis il y a eu deux candidats qui ont été short-listés. Le conseil d’administra­tion de GO Malta a décidé de retenir l’offre de Tunisie Telecom car elle a été jugée meilleure. La décision de parti­ciper à cet appel d’offres a été prise par les administrateurs tunisiens de Tunisie Telecom. Les administrateurs de notre partenaire stratégique émira­ti n’ont pas participé à cette décision pour éviter le conflit d’intérêts. Toute la procédure a été scrupuleusement respectée.

Le ministre des Technologies de la communication vous a-t-il ap­porté son soutien dans cette opéra­tion ?

Le ministre a été informé dès le début de l’opération. Il nous a totalement soutenus tout au long de la procédure. Je le remercie particulièrement pour son appui et son soutien. Je remercie également le Chef du Gouvernement qui nous a également appuyés dans notre démarche.

Concernant votre positionnement à l’international, vous avez décidé de céder votre opérateur mauri­tanien Mattel. Pouvez-vous nous donner quelques éléments sur le sujet ?

Si on raisonne dans la durée, je dirais que Mattel est une histoire réus­sie de Tunisie Télécom. Mattel arrive maintenant à un cycle de développe­ment qui exige des investissements importants. Le non-alignement ac­tuel des actionnaires ne permet pas ce développement. Nous avons ainsi décidé que Tunisie Télécom vende ses participations chez Mattel et se redé­ploie ailleurs. Notre environnement naturel est le bassin méditerranéen et nous sommes tenus d’être un acteur majeur dans cet espace. Nous avons de grandes affinités, une proximité culturelle et géographique avec les pays de la zone. Et nous émettons le souhait d’accompagner les entreprises tunisiennes dans leur développement à l’international.

Le mot de la fin…

C’est un message d’espoir et de dé­veloppement que nous lançons à tra­vers cette opération. Notre objectif est de promouvoir Tunisie Telecom en tant que champion national et en tant qu’acteur majeur du bassin méditerra­néen. Tunisie Telecom développe ses services dans une logique de conver­gence. Et comme l’a récemment an­noncé le Chef du Gouvernement, Tu­nisie Telecom s’introduira en Bourse l’année prochaine. Ceci rentre pleine­ment dans le cadre du développement stratégique de l’opérateur historique tunisien.

LES CHIFFRES CLÉS DE GO MALTA

LES PERFORMANCES

Go Malta dispose de plus de 500 000 clients, dans un pays qui compte environ 455 000 ha­bitants.

En 2015, Go a réalisé des revenus estimés à environ 287.86 MTND, ce qui représente une hausse de 1.2 % par rapport à l’année pré­cédente.

Les profits opérationnels ont, à leur tour, connu une croissance de 27.9 % en 2015, passant de 50.73 MDTN à 64.69 MTND.

11,5 % des revenus de Go Malta proviennent des ses activités de Data Services (data center, hos­ting, …).

LA COMPÉTITION

Téléphonie fixe

L’opérateur arrive premier sur le marché de la téléphonie fixe avec 65.43 %, suivi de Melita qui détient 33.84 %.

Téléphonie mobile

Dans la téléphonie mobile, Go arrive deuxième avec 38.24 % parts du marché, devancé par Vodafone et ses 43.94 % des parts.

Internet fixe

La nouvelle filiale tunisienne est également deuxième sur le marché de l’internet à haut dé­bit fixe, avec 48.92 %. Melita, en pole position, contrôle 49.48 % du marché.

TV payante

Le seul concurrent de Go est Melita. Ce dernier dispose de 52.69 %, contre 47.31 % pour GO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here