Jazz à Carthage : réussite retentissante malgré les obstacles

Jazz à Carthage 2016

Mourad Mathari, directeur de la 11ème édition de Jazz à Carthage, a indiqué que le festival a démarré par des moments forts et ce malgré les difficultés rencontrées. « Le public était au rendez-vous et il nous a soutenu comme il se doit », s’est-il félicité.

Mourad MathariRevenant sur les difficultés, il a pointé du doigt celles administratives « que nous pose notre concurrent numéro un qui est le ministère de la Culture. Il est à la fois juge et partie car lui-même organise des événements. Il a établi des lois contraignantes pour réduire et mettre en difficulté toute initiative privée », accuse-t-il. Et de continuer : « Nous sommes dans un pays où le ministère de la Culture est organisateur à la place des professionnels. »

« En toute sincérité, je n’en veux pas beaucoup à la ministre de la Culture, car quand elle a pris ses fonctions tout avait déjà été décidé : les JMC programmées à la même date que le Jazz à Carthage. Cependant, elle aurait pu nous aider en simplifiant les procédures administratives », regrette-t-il.

Dans la même perspective, il a dévoilé l’existence d’une campagne de soutien de la part des ambassades et des artistes qui sont au courant des difficultés rencontrées par le festival.

Le directeur a rappelé que le dossier du festival doit passer par une commission consultative pour autoriser les artistes étrangers à se produire en Tunisie. «  Cette commission a été formée à l’époque de Ben Ali pour des objectifs bien déterminés et elle a été détournée en faveur du ministère de la Culture et en défaveur des organisateurs privés », regrette-t-il. Et d’estimer que pour chaque artiste qui vient en Tunisie, il doit se soumettre à des formalités sans fin et si à l’étranger la réciprocité était appliquée, nos artistes auraient beaucoup de mal à se produire dans d’autres pays. « On ne peut pas se permettre de maintenir ces règles archaïques à la soviétique », s’insurge-t-il.

Sur un autre volet, notre interlocuteur a exprimé son étonnement « de l’augmentation de 50% des taxes alors que la loi ne le mentionne pas  ».

« On nous applique des lois prohibitives, compliquées, c’est une aberration. Si on saisissait la justice, on gagnerait certainement »,  avance-t-il.

Cependant, les premiers jours du festival ont été une réussite. Notre interlocuteur affirme que le public, les médias, la qualité des spectacles ont été au rendez-vous. « La fête a eu lieu et plusieurs concerts se sont déroulés à guichets fermés. »

Par ailleurs, la réussite des trois premiers jours du festival a incité les amateurs de Jazz à acheter des tickets pour les autres spectacles, d’après l’estimation de Mourad Mathari. « Nous allons atteindre des chiffres jamais vu auparavant », dit-il.

Interpellé sur le changement du lieu où se déroule le festival – dans la salle de l’hôtel Carthage Thalasso Resort à Gammarth  -, Mourad Mathari  déclare : « L’année dernière, lors de la précédente édition tenue au Palais des congrès à l’avenue Mohamed V, nous avons fait moins 20% d’entrée que l’année précédente. Autrement dit, le public s’est constitué autour de Gammarth. C’est un public qui préfère venir à Gammarth », remarque-t-il.

Interpellé sur les nouveautés de la 11 ème édition par rapport aux éditions précédentes, le directeur du festival a indiqué l’existence d’une session jeune au festival, pour passer le message que le festival cible en priorité les jeunes tunisiens.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here