Tunisie – Inde : des opportunités d’affaires en stand-by!

Prashant Pise & Tarek Cherif

En collaboration avec la Conect, l’Ambassade de l’Inde à Tunis organise aujourd’hui un séminaire d’affaires sur « L’Inde et la Tunisie: les possibilités économiques et les occasions d’affaires. »

La rencontre a été marquée par la présence d’hommes d’affaires des deux pays et d’anciens ministres. Objectif : mettre l’accent sur les opportunités commerciales actuelles entre l’Inde et la Tunisie, les secteurs potentiels dans les deux pays et les opportunités d’affaires. Elle a également été pour plusieurs opérateurs tunisiens l’occasion de promouvoir nombre d’activités en Tunisie, telles les zones industrielles, le projet Smart Tunisia, l’industrie automobile en Tunisie, la santé, la biotechnologie…

Les relations tuniso-indiennes remontent au mois de novembre 1952, date de l’ouverture de la première mission tunisienne en Inde. Aujourd’hui, l’Inde est le deuxième consommateur d’engrais azotés dans le monde. Jusque dans les années 2000, les exportations annuelles du Groupe chimique tunisien vers l’Inde se situaient entre 300 et 400 mille tonnes d’acide phosphorique, soit plus de 50% des exportations tunisiennes de cet intrant. Pour l’Inde,  la Tunisie représente environ 13% des importations indiennes d’acide phosphorique. Notons que le Groupe chimique tunisien a racheté, en 2005, 5% du capital de la société indienne GFCL avec la possibilité d’augmenter sa part à 14%.

Un pays de référence: des perspectives d’investissement avantageuses

Depuis les années 1980, l’Inde s’est distinguée par l’ouverture de son économie sur le monde, en intégrant les règles de la compétition libérale ainsi que les technologies de l’information et de la communication. Cette politique a permis à l’Inde d’être une puissance économique asiatique.  En effet, c’est l’un des rares pays dans le monde à afficher une croissance de plus de 7%. Plusieurs études de plusieurs instances internationales prévoient que ce pays deviendrait la première puissance économique mondiale à l’horizon 2050.

L’Inde, qui a réalisé en 2015 une croissance de 7.6%, est donc un pays de référence surtout par les grandes réformes entreprises.  Elle compte une classe moyenne d’environ 500 millions de personnes. Sa population urbaine dans son ensemble  atteindra 700 millions de personnes en 2017.

Ce pays se classe parmi les destinations d’investissement les plus attractives au monde. Les investissements prévus pour la période 2012-2017 sont de l’ordre de un (1) trillion de dollars. L’Inde est dotée du troisième plus grand réseau routier au monde d’environ 4,24 millions de km avec une croissance annuelle du parc automobiles de l’ordre de 10.76%.

Le secteur de la santé est considéré parmi les secteurs les plus développés en Inde. En effet, il évolue à un rythme de croissance annuelle de 20%. Selon l’agence de notation Fitch, les investissements relatifs au secteur de la santé vont atteindre en 2016 un montant de 150 milliards de dollars. Sur les deux prochaines années, l’Etat indien compte y consacrer 5% de son budget.

S’agissant du secteur industriel, d’ici 2020, l’industrie automobile indienne va réaliser un chiffre d’affaires de 113 milliards de dollars. La fabrication des voitures utilitaires évolue à raison de 18% par an. Quant à l’industrie agroalimentaire, elle réalise une croissance annuelle de 17%. Le commerce de détail connaît une croissance annuelle de 20%.

Fer de lance de l’économie indienne, l’industrie cinématographique a généré en 2015 des revenus de trois milliards de dollars. Il faut savoir aussi que l’Inde est le 3e plus grand marché de l’internet avec une base de 370 millions d’internautes en 2015.

Sur le plan social, l’éducation, la recherche et développement ont permis à l’Inde d’attirer 22% du marché mondial des ingénieurs.

Zouari« Il est grand temps qu’en Tunisie, nous soyons conscients dès aujourd’hui de l’importance du développement de nos échanges commerciaux en nous concentrant davantage sur ce marché à l’export et en nouant de nouveaux partenariats stratégiques pour attirer des investissements indiens en Tunisie », a affirmé le député et homme d’affaires Hafedh Zouari.

Pour Prashant Pise, l’ambassadeur indien à Tunis, la Tunisie est la plateforme idéale pour les entreprises indiennes pour s’implanter au Maghreb, en Afrique du Nord et en Europe. Et d’ajouter que les opportunités de partenariat entre la Tunisie et son pays ne manquent pas. De même pour les TIC, le tourisme, le tourisme médical, l’agriculture, etc.

« Je suggère la création d’une commission mixte tuniso-indienne ou d’un groupe de travail pour avancer ensemble », a proposé Romdhane Souid, président du Phosphate Joint-venture, TIFERT à la Skhira, un projet de 300 millions de dollars.

Témoignage d’un ancien diplomate :

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here