Davos : un forum sous le signe de la révolution

Compétitivité globale L'Economiste Maghrébin

La Tunisie participe aux réunions de la 46ème édition du Forum économique mondial de Davos (Suisse) qui se tient du 20 au 23 janvier 2016, sous le thème « La quatrième révolution industrielle (numérique) »; et ce, afin de présenter un plan nécessitant des investissements étrangers estimés à 23 milliards de dollars, soit l’équivalent de 45 milliards de dinars qui seront alloués au financement de l’économie nationale sur une période de cinq ans. Sachant que les besoins globaux de la Tunisie sont d’environ 63 milliards de dollars, soit 125 milliards de dinars.

En dépit des difficultés économiques et sécuritaires que connaît la Tunisie, elle vise à mettre en évidence, à cette occasion, ses avantages, notamment après l’obtention du prix Nobel de la Paix, dans le but de se faire connaître en tant que destination de choix pour l’investissement et les affaires.

En marge de ce forum, la délégation officielle présidée par le Chef du gouvernement Habib Essid et certains responsables tunisiens, tels que la militante des droits de l’Homme Amira Yahyaoui, élue co-présidente de cette manifestation et Wided Bouchamaoui, présidente de l’UTICA, présenteront la Conférence internationale sur l’investissement qui sera organisée en juin 2016, afin d’attirer des financements extérieurs pour une série de grands projets sur les cinq ans à venir.

Dans le même cadre, l’accent sera mis sur la réussite de l’expérience politique de la Tunisie, le nouveau code d’investissement, les orientations du nouveau plan de développement 2016-2020…

A noter que cette 46ème édition du forum de Davos, qui sera marquée par la participation de plus de 2500 dirigeants, responsables gouvernementaux et économiques, experts, représentants de grandes organisations et entreprises financières mondiales des différents pays du monde, a pour objectif de promouvoir l’économie mondiale, et ce, à travers la mise en place d’un dialogue politique, économique et académique, ainsi que d’examiner et discuter les moyens à même de relever les défis auxquels font face les économies des pays.

Rien. Les gens se sentent abandonnés, a confié Zina Mhamdi, présidente du Forum Tunisiens des Droits économiques et sociaux, en poursuivant : “ A l’heure actuelle, il y a un retour au calme. Mais suite aux événements, il y a eu des documents qui ont été subtilisés à la mairie, après qu’on a appris qu’une délégation parlementaire se rendrait sur place « .

Elle ajoute : « Au départ, les personnes qui avaient manifesté avaient des intentions pacifiques. Mais la manifestation pacifique s’est très vite retournée en affrontements, c’est parce qu’il y a des gens qui ont été infiltrés pour semer le chaos. J’en suis convaincue. Cependant, nous avons une opportunité qui s’ouvre à nous. Il faut comprendre que la ville dispose de ressources naturelles qui peuvent booster le développement et l’investissement dans cette région. Il suffit d’avoir cette volonté de relance et donner espoir aux jeunes ».

Et de continuer : « A mon avis,  il faut d’abord éradiquer la corruption, car le risque est grand. Pourtant, depuis la révolution, on croyait qu’on en avait fini avec la corruption après le départ de Ben Ali. Eh bien non, la corruption a bel et bien augmenté durant les quatre dernières années ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here