Maroc : vers une croissance de 4,6% en 2015

La Banque centrale marocaine table sur une croissance de 4,6% à fin 2015. Des institutions financières internationales créditent également le Maroc d’un taux voisin, voire du même niveau. Pour Bank Al-Maghrib, l’effet sur le secteur primaire a été constaté au premier trimestre, avec à la clé un taux de croissance de 4,1% contre 2,8% à la même période de 2014. C’est le résultat d’une hausse de 12% de la valeur ajoutée agricole contre un repli de 1,6%.

En revanche, révèle Eco news, la progression du PIB non agricole a décéléré de 3,4% à 3,1%. En 2016, et même sous l’hypothèse d’une campagne agricole normale, « la croissance devrait revenir à 2,4%, car sa composante non agricole va se stabiliser à 3,3% ».

Les données à fin août font ressortir un allégement de 20,4% du déficit de la balance commerciale. Il résulte essentiellement du recul de 30% de la facture énergétique et du dynamisme de l’export. Une croissance à deux chiffres a été ainsi enregistrée par le secteur automobile (19,1%) et par les phosphates et dérivés (18,4%).

Avec une recette en dons des pays du Conseil de coopération du Golfe (six milliards de DH) et si le baril du brut se maintient à 57 dollars en 2015, le déficit du compte courant devrait s’établir à 2,8% du PIB. En moins de quatre ans, le déficit de la balance courante s’est amélioré de près de six points. Ce qui éloigne d’autant la crise de paiement extérieur dont l’anticipation avait justifié le recours à la ligne de précaution et de liquidité du FMI (six milliards de DH).

Les réserves de changes se sont renforcées de 19,7% à 210,2 milliards de DH à fin août, soit l’équivalent de six mois d’importations de biens et services. Pour la Banque centrale, ces réserves devraient davantage s’améliorer pour assurer la couverture de six mois et demi d’importation à fin décembre.

A fin août, l’exécution du budget s’est soldée par une atténuation du déficit budgétaire de 10 milliards. Ce qui laisse présager que l’objectif d’un déficit de 4,3% du PIB, fixé dans le cadre de la loi de finances, serait atteint.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here