FTDES : plus de dialogue au lieu de la répression des mouvements sociaux

Le président du Forum Tunisien pour les Droits économiques et sociaux Abderrahman Hedhili a tiré la sonnette d’alarme suite aux agressions faites par la police contre les manifestants pacifiques, notamment la manifestation organisée par l’UTAP sous le signe « la journée de la colère » pour dénoncer le projet de loi de réconciliation économique.

Dans une déclaration accordée à leconomistemaghrebin.com, le président du FTDES a indiqué que le forum a mis en garde contre l’utilisation de l’état d’urgence pour réprimer les manifestations pacifiques et l’incrimination des mouvements sociaux.

« La solution sécuritaire ne peut qu’empirer la situation et le jour où le niveau de vie chutera et les gens descendront dans la rue pour manifester, les forces de l’ordre ne seront plus capables de les contenir », s’alarme-t-il et de continuer : « Manifester est un droit. Les gens ont le droit d’exprimer leurs problèmes et soucis. Il vaut mieux résoudre les problèmes par le biais du dialogue social plutôt que par les méthodes musclées », renchérit-il et de conclure : « Le traitement sécuritaire des revendications sociales n’a jamais été la bonne solution ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here