Taoufik Jebali : « La gloire du Festival de Carthage est passée »

Suite à l’annonce du programme de la 51ème édition du Festival de Carthage, leconomistemaghrebin.com a contacté des artistes afin de recueillir leurs avis sur la programmation.

Mounir Troudi : rien d’exceptionnel
Pour cet artiste, la programmation de la 51ème n’est pas exceptionnelle. Il a signalé l’absence du Jazz et a estimé que cette programmation aurait pu être améliorée. « Mais je ne peux pas trancher sur cette programmation étant donné que nous n’avons pas la liste de tous les artistes qui ont postulé et ceux dont la candidature n’a pas été retenue » précise-t-il. Commentant la soirée du rap qui verra la participation de trois rappeurs, notre interlocuteur ajoute : « Le Festival de Carthage est plus grand que ces rappeurs. Je ne vois pas pourquoi ils ont été choisis », dit-il. Mounir Troudi a critiqué le choix d’autres artistes présents lors de cette édition à l’instar de Wael Kfouri et Asma Maher : « Ces artistes font partie de la chaine de télévision Rotana. Cette chaîne ne cesse de s’incruster dans le festival par le biais des proches de Ben Ali » et de s’indigner : « Même après la révolution elle est toujours présente dans notre festival !! »

Taoufik Jebali : la gloire du festival de Carthage est révolue
Le grand dramaturge tunisien nous dit qu’il n’est pas intéressé par le sujet étant donné que « depuis des années le Festival de Carthage s’est transformé en salle de fête ». Pour lui, l’époque glorieuse du festival est finie depuis des années et de continuer que même avant l’annonce de la programmation du festival, il ne s’attendait pas à une excellente programmation.

Mohamed Jebali : je ne m’intéresse qu’à mon travail
Mohamed Jebali nous a affirmé qu’il a pris la décision de ne plus accorder de déclaration qui concerne les manifestations, les festivals et la production artistique de ses collègues. L’artiste a affirmé qu’à chaque fois qu’il donne son avis sur les problèmes de la scène artistique il se fait de nouveaux ennemis dans le secteur médiatique et artistique, « raison pour laquelle je ne me concentre que sur ma production artistique » indique-t-il. À notre question s’il a déposé sa candidature à cette édition, l’artiste a rappelé qu’il a déjà participé à l’édition 2014 du festival « Je pense qu’il n’est pas bien qu’un artiste se produise sur deux éditions successives du même festival », explique-t-il. Notons que Mohamed Jebali avait fait un one-man-show intitulé « Ma deuxième patrie » dans lequel il a traité le sujet de la relation entre les médias, l’artiste et le public.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here