Dette grecque : L’épée de Damoclès du FMI

Que prévoit le FMI pour la Grèce qui doit rembourser, le 30 juin, 1,5 milliard d’euros au Fonds monétaire international alors qu’elle n’a pas d’argent dans ses caisses ?

La patronne du FMI, Christine Lagarde est catégorique : la Grèce ne bénéficiera pas d’un nouveau sursis si elle n’honore pas sa dette au 30 juin, conformément à une procédure qui peut aller jusqu’à l’exclusion du Fonds. Quand un pays ne respecte pas une échéance, la première sanction tombe immédiatement : il “n’est plus autorisé à utiliser la moindre ressource du FMI”.

L’agence de presse AFP rappelle que si la Grèce ne verse pas 1,5 milliard d’euros au FMI d’ici à la fin du mois, près de la moitié de la tranche de prêts de 7,2 milliards d’euros attendue avec impatience par Athènes sera aussitôt gelée tant que les arriérés n’auront pas été épurés. Selon les chiffres officiels, la Grèce doit au total virer cette année plus de 5,4 milliards d’euros dans les caisses du FMI pour honorer sa dette.

Selon la procédure au sein du FMI, trente jours après l’incident de paiement initial, Christine Lagarde doit formellement informer le conseil d’administration de l’institution, qui représente ses 188 États membres, du montant des arriérés et, deux mois après, déposer une “plainte”. Au bout de trois mois, le pays fautif peut être privé de son droit d’utiliser les droits de tirage spéciaux (DTS), la monnaie créée par le Fonds en s’appuyant sur un panier des principales devises mondiales.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here